FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
L'Espagne se rallie in extremis au projet Galileo
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Actualites » L'Espagne se rallie in extremis au projet Galileo
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Ven 30 Nov 2007 11:09 pm    Sujet du message: L'Espagne se rallie in extremis au projet Galileo
Répondre en citant

SAlut a tous

L'Espagne s'est finalement ralliée in extremis vendredi au projet industriel du système de navigation par satellite Galileo , futur rival du GPS américain d'ici 2013, évitant à ce projet phare de la technologie européenne de démarrer sur une note de discorde.

Les ministres des Transports de l'UE s'étaient mis d'accord dès jeudi soir, mais à la majorité qualifiée, sans l'Espagne.

Un expert juridique appelé par la présidence portugaise avait confirmé la légalité d'un tel vote. Arrow



L'Espagne s'est finalement ralliée in extremis vendredi au projet industriel du système de navigation par...

Pour éviter un couac diplomatique majeur avec Madrid mais aussi ne pas encourager de tels votes, contraires à la culture européenne du consensus, les délégations ont finalement remanié le texte pour satisfaire l'Espagne.

"Nous avons reçu des garanties suffisantes", s'est réjoui devant la presse Fernando Palao, secrétaire général espagnol aux Transports.

L'Allemagne, qui s'était montrée elle-même intransigeante ces derniers mois pour obtenir "un juste retour" pour son industrie nationale, a multiplié les discussions avec l'Italie et l'Espagne.

"Je suis très heureux que les Espagnols aient été ramenés dans le navire", a commenté vendredi le ministre allemand des Transports Wolfgang Tiefensee.

Comme prévu, le contrôle de Galileo - qui promet une précision de localisation au mètre près (contre une dizaine de mètres pour l'actuel GPS) - sera assuré par deux centres de contrôle au sol des satellites Galileo, l'un à Fucino en Italie et l'autre à Oberpfaffenhofen en Allemagne.

L'Espagne aura comme prévu un centre "Safety of Life", chargé du signal dédié à la protection civile, utilisé en cas de problème dans le domaine de la sécurité maritime, aérienne et ferroviaire.

Comme elle refusait d'hériter seulement d'un centre de second ordre, il était prévu, dès le texte rejeté par Madrid jeudi soir, que ce centre pourrait être "qualifié" d'ici à 2013 pour assurer les mêmes fonctions que les centres allemand et italien.

Pour plaire à Madrid, il a été ajouté vendredi que ces trois centres seraient "mis en réseau".

Mais cette concession arrachée ne viendra pas du budget européen. "L'Espagne aura à payer le coût supplémentaire pour convertir notre centre en centre de contrôle", à hauteur de 5 millions d'euros, a précisé M. Palao.

Ces centres de contrôle au sol ne sont qu'une petite partie des contrats à venir du programme, doté de 3,4 milliards d'euros jusqu'en 2013, qui sera divisé en six lots: satellites, lanceurs, logiciels, relais au sol, centres de contrôle, gestion de l'ensemble. Une entreprise chef de file chapeautera chacune de ces parties.

Les pays de l'UE se sont entendus jeudi et vendredi sur un certain nombre de règles accompagnant l'attribution de ces lots.

L'ensemble des lots et sous-contrats devront être ouverts "au maximum de compétition possible" et "à de nouveaux entrants et aux petites et moyennes entreprises", selon le texte adopté.

Dans une logique de concurrence stricte, des appels d'offres sont lancés et le mieux disant gagne. Mais le secteur spatial est concentré en Europe entre quelques grands groupes - dont les deux ténors, l'européen EADS Astrium et le franco-italien Thales Alenia Space - incontournables pour chapeauter certaines parties de Galileo.

Au vu de ce découpage, l'Allemagne espère se retrouver chef de file, via la société Astrium (groupe européen EADS), pour la construction de 26 satellites sur son territoire.

Si les règles n'excluent pas le choix de plusieurs fournisseurs, M. Tiefensee jugeait vendredi qu'"Astrium est très bien placé".

Certains pays comme la Grande-Bretagne ou des entreprises concurrentes (l'allemand OHB allié au britannique SSTL) avaient suggéré eux de partager la construction des satellites.

la source;

http://fr.news.yahoo.com/afp/20071130/tsc-ue-espagne-espaces-satellites-prev-c2ff8aa_1.html

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
gab
Chroniqueur


Inscrit le: 10 Jan 2007
Messages: 1451
Localisation: montreal

 Message Posté le: Dim 02 Déc 2007 1:35 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonsoir

Ça aboutiras pas a grand chose ce projet -la, ça fait trop longtemps que ça niase Wink

tchaos
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Actualites » L'Espagne se rallie in extremis au projet Galileo
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003