FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
La protection thermique des engins spatiaux
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Astronautique » La protection thermique des engins spatiaux
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Jeu 17 Jan 2008 11:21 pm    Sujet du message: La protection thermique des engins spatiaux
Répondre en citant

SAlut a tous

La prochaine génération de protection thermique, au premier rang desquelles les revêtements utilisés sur les lanceurs et véhicules de transport est déjà à l'étude.

Cela représente un vrai défi d'autant plus que les futurs lanceurs s'appuieront sur des étages réutilisables et que l'activité humaine en orbite basse va monter crescendo nécessitant de nouveau moyen de transports spatiaux.

Cela passe par le développement de nouveaux matériaux plus résistants à la chaleur, plus légers et dotés d'un certain niveau de réutilisabilité en ligne avec une période de maintenance n'excédent pas quelques semaines. Arrow



Pour les engins spatiaux, notamment ceux qui redescendent sur Terre avec des astronautes, la rentrée atmosphérique doit freiner le véhicule sans l'endommager.

Comme l'a malheureusement montré la tragédie de Columbia, la rentrée constitue la phase critique de leur retour sur Terre. Une fissure de quelques centimètres dans une des tuiles de la protection thermique du bord d'attaque de l'aile gauche est à l'origine de la désintégration de la navette en plein vol (février 2003).

La traversée de l'atmosphère ne peut se faire que si le véhicule de transport est recouvert d'une protection thermique capable d'encaisser des températures qui peuvent s'élever à 2000°C au contact des parois.

'Des températures qui ne sont même pas atteintes dans l'industrie sidérurgique, et qui correspondent à la périphérie d'un coeur nucléaire', comme le rappelle l'ONERA.

De fait, le revêtement (Thermal Protection System ou TPS) doit à la fois être isolant, léger et facile à assembler.

Aujourd'hui, les protections thermiques des véhicules de transport spatiaux,

que ce soient la navette ou les capsules Soyouz ont comme inconvénients principaux qu'elles nécessitent une maintenance longue et coûteuse (dans le cas de la navette) ou ne sont pas réutilisables dans le cas des capsules Soyouz qui ne sont jamais utilisées une seconde fois.

Enfin, dans les 2 cas, ces TPS sont très lourdes.

La prochaine génération de TPS se doit donc de gommer ces défauts.

Pre-X, Orion et lanceurs réutilisables

La NASA, l'ESA et le CNES ont donc engagé des programmes de recherche exploratoires qui vont dans cette direction.

Pre-X est un des programmes du CNES qui aborde cette problématique.

Il s'agit d'un démonstrateur de technologies avancées qui vise à démontrer, pour la 1ère fois en Europe, la maîtrise de la rentrée atmosphérique planée, c'est-à-dire à la manière d'un avion.

Prévu en 2011 / 2012, ce démonstrateur doit également tester pendant son vol différents types de protection thermique de façon à sélectionner la plus résistance.

Reste que ce programme est en souffrance budgétaire de sorte que le CNES souhaite l'européaniser en l'intégrant dans le programme FLPP de l'Agence spatiale européenne de façon à lui faire franchir un palier supplémentaire et sécuriser son financement.

Parmi les programmes de la NASA les plus connus on citera celui d'Orion.

Cette capsule sera équipée d'un bouclier thermique en cours de développement et dont un premier prototype a base de tuiles en PICA a été construit par Boeing et subi ces premiers essais de conformité.

Quant à l'US Air Force, qui planche sur des concepts de lanceurs réutilisables, pour succéder aux lanceurs Delta et Atlas, elle a récemment signé un contrat avec Northrop Grumman de façon à tester et de nouvelles combinaisons de matériaux pour la construction d'étages et de différents types de protection thermique.

Certaines combinaisons de matériaux utilisés aujourd'hui dans l'industrie spatiale sont connues pour résister à des températures élevées, mais ne sont pas capables de supporter une rentrée atmosphérique.

Bref tout ça pour dire que ce que recherche dans l'absolu les ingénieurs, c'est LE matériau ne nécessitant pas de revêtement thermique.

Un doux rêve qui, s'il se concrétise, aurait un impact significatif sur les performances d'un lanceur, en terme de masse, de performance et de coût.

En attendant, et de façon plus pragmatique, les recherches visent à déterminer l'intérêt d'utiliser tels ou tels matériaux et autres alliages dans la composition d'une TPS en terme de solidité, de fiabilité et de masse.

Il s'agit de savoir voir quels matériaux utilisés pour la construction d'un étage sont à même de supporter des températures élevées de façon à limiter autant que possible l'utilisation d'un revêtement thermique.

Explication

Notez que la température maximum n'est pas forcément le critère le plus déterminant dans la conception d'une protection thermique.

En effet, la température atteinte dépend de l'angle de la trajectoire de rentrée. Si cet angle de rentrée est trop faible, il y a un risque de ricocher et d'être renvoyé dans l'espace.

Par contre, s'il est un peu plus élevé, on aura une rentrée et la température du bouclier thermique ne montera peut-être pas très haut mais la rentrée durera plus longtemps et au bout du compte la température au cœur de la capsule deviendra trop forte.

Enfin, si l'angle de rentrée est fort (plus près de la verticale), la température du bouclier et les décélérations risquent d'être trop élevées.

L'optimisation du système doit donc prendre en compte tous ces paramètres.

La température de surface au point le plus chaud d'un bouclier thermique peut atteindre typiquement 3000 degrés. Une première couche de matériau est sacrifiée, on parle de matériau ablatif.

La couche superficielle du matériau ablatif se pyrolyse, ce qui absorbe pas mal d'énergie, la couche de matériau ablatif immédiatement en arrière sert d'isolant thermique et absorbe aussi de la chaleur.

Matériaux

Un bon exemple de matériau ablatif est le liège, mélangé à une résine.

Un autre matériau, dit structural est utilisé derrière le matériau ablatif, ce matériau peut être métallique ou non métallique.

Le choix du matériau structural impose pratiquement l'épaisseur de matériau ablatif nécessaire pour le protéger et une structure en alliage d'aluminium comme celle de l'ARD (capsule de rentrée atmosphérique de l'ESA) peut supporter une température de l'ordre de 180 °C, il lui faut donc beaucoup de matériau ablatif.

Si on utilise de l'acier inox, on doit pouvoir le faire travailler jusqu'à 400-500 °C, le beryllium ou les alliages de titane encore plus haut.

Mais le beryllium est rare (du moins en Europe), le titane mais surtout l'acier sont lourds. Les matériaux composites carbone-carbone (C-C) et carbone-carbure de silicium (C-SiC) sont légers et peuvent en principe supporter des températures de 1500-1700 °C. Par précaution on choisira de ne pas dépasser 1200-1300 °C.

Cependant une structure chaude n'est un avantage que si l'on dispose d'une isolation intérieure très légère, car les équipements ou l'équipage à l'intérieur du corps de rentrée doivent rester dans des conditions proches de l'ambiante, disons à une température inférieure à 40 degrés.

On peut mettre beaucoup de matériau ablatif collé sur une structure relativement froide avec peu d'isolation intérieure (cas de l'ARD) ou au contraire, mettre peu d'ablatif sur un matériau structural supportant des températures élevées et disposer une isolation intérieure très performante comme le Sepcore par exemple.

Charge thermique

Enfin dernier paramètre à prendre le compte, la chaleur qui est stockée dans la TPS.

On parle de charge thermique.

Si on ne faisait rien, l'énergie stockée dans le TPS finirait par diffuser par conduction, après l'atterrissage, dans tout le véhicule et la température moyenne atteinte ferait courir des risques aux astronautes ou aux équipements.

C'est pour cela qu'on arrose la navette avant d'ouvrir les portes (le TPS pyrolysé émet aussi des gaz qui pourraient également intoxiquer les astronautes si on ouvrait les portes trop rapidement).

Le TPS des cabines Apollo était refroidi par l'amerrissage.

Je ne sais pas comment font les russes avec leurs capsules Soyuz, mais ils doivent aussi refroidir le TPS pour éviter de faire cuire les cosmonautes dans la capsule.

Et sur les sondes martiennes, on largue le bouclier thermique afin de se débarrasser de sa charge calorifique.

La suite;

http://www.flashespace.com/html/jan08/18_01.htm

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
néo
Chroniqueur


Inscrit le: 14 Mar 2007
Messages: 1796
Localisation: valleyfield

 Message Posté le: Lun 21 Jan 2008 11:22 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour

Faudrait peut-etre a songer de faire le bouclier en un seul morceaux Very Happy

aurevoir
_________________
vivre et laisser vivre
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Astronautique » La protection thermique des engins spatiaux
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2020 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003