FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
La Terre sans nous
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum »  Débats scientifiques » La Terre sans nous
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11028
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Dim 29 Juil 2007 12:26 am    Sujet du message: La Terre sans nous
Répondre en citant

SAlut a tous

Comment la nature réagirait-elle si l'être humain disparaissait soudainement ? En reprenant ses droits comme si de rien n'était, répond un nouveau livre. Les tunnels des métros seraient submergés en quelques jours, les routes et les gratte-ciel ne tiendraient que quelques années.

Bien sûr, les environs des centrales nucléaires deviendraient radioactifs à cause d'explosions à la Tchernobyl. Mais les traces visibles de l'homme dureraient beaucoup moins longtemps que l'aventure de la civilisation: moins d'un millénaire. Le souvenir le plus tenace de l'homme serait une myriade de petits granules de plastique, qui survivraient des centaines de milliers d'années.

Les gratte-ciel s'écrouleraient en quelques années, tout comme les routes, puisque les anciennes rivières reprendraient leurs cours. Les animaux domestiques ainsi que les fruits et légumes adaptés à la culture disparaîtraient rapidement. Les réacteurs nucléaires et les complexes pétrochimiques exploseraient, suscitant des mutations importantes dans la faune et la flore des environs. Les grands mammifères reviendraient sur tous les continents. Seule consolation: rats et blattes péricliteraient parce qu'ils ne bénéficieraient plus de nos ordures et de nos immeubles chauffés. Le legs le plus durable de l'humanité ? Le plastique, qui resterait pendant des centaines de milliers d'années.

Un professeur de journalisme de l'Université de l'Arizona, Paul Weisman, vient de publier un livre expliquant comment la nature reprendrait possession de la Terre si l'humain cessait subitement d'exister. The World Without Us, publié en français sous le titre Homo disparitus, présente une évaluation structurelle des villes modernes tout en dénonçant l'impact de l'homme sur la nature. En contrepoint, une interrogation plus substantielle: sera-t-il possible de protéger nos descendants contre les périls des cavernes souterraines où nous avons entreposé nos déchets nucléaires et nos gaz à effet de serre?

L'aventure de M. Weisman a commencé en 2003, alors qu'il fuyait des incendies de forêt au chalet d'un ami, dans l'État de New York. «Une éditrice du magazine Discover a réussi à me joindre pour me demander d'écrire un article sur la réaction de la nature à la disparition soudaine de l'homme, explique-t-il en entrevue téléphonique. Elle avait lu un article que j'avais écrit sur la faune qui avait envahi Tchernobyl après l'évacuation due à la catastrophe nucléaire. Ça lui avait donné l'idée d'une nouvelle manière d'aborder la dégradation de la planète par l'homme. Rapidement, je me suis rendu compte que peu de gens avaient abordé ce sujet. Curieusement, les deux essais portaient sur Londres. J'ai compris qu'il fallait que j'écrive un livre.»

Changements rapides

Les changements seraient rapides et inexorables. Les animaux domestiques et les végétaux cultivés par l'homme disparaîtraient rapidement, incapables de survivre sans notre aide. Les grands mammifères reconquerraient tous les continents - Darwin estimait qu'il y avait 20 millions d'éléphants en Afrique avant l'arrivée des Blancs, et il n'en reste qu'un demi-million. Les villes seraient recouvertes par les forêts en moins d'un quart de siècle, à cause des incendies et des infiltrations d'eau. Les ponts dureraient un peu plus longtemps, particulièrement ceux qui ont été construits avant la Deuxième Guerre mondiale, parce que les techniques de capacité étaient rudimentaires et que les ingénieurs préféraient multiplier les redondances structurelles.

Pour illustrer la rapidité avec laquelle la nature reprend ses droits, M. Weisman donne l'exemple des dernières voies de métro surélevées de New York, qui ont été abandonnées en 1980 et qui sont maintenant couvertes de ronces. Il se rend aussi à Chypre, dans une station balnéaire inaugurée juste avant le conflit de 1974 et qu'il était impossible de restaurer dès la fin des années 70.

Le détail le plus frappant concerne toutefois les tunnels des métros, qui seraient inondés après quelques jours à peine. À Montréal, une centaine de pompes retirent des tunnels jusqu'à 12 millions de litres d'eau par jour.

Une bataille rangée opposerait les plantes rustiques et étrangères. «Pour ce qui est de la vigne, je pense que les espèces rustiques l'emporteraient. Mais certaines espèces étrangères gagneraient certainement aussi.» Une lutte sans merci aurait également lieu entre les moustiques et les grenouilles, affaiblies par un champignon vorace apparu chez les espèces de laboratoire.

Convictions écologistes

Au fil des pages, on sent les convictions écologistes de M. Weisman. Ainsi, il se moque de notre impatience, qui nous pousse à construire des maisons économiques avec du placoplâtre plutôt que des blocs de pierre. Il évoque le «massacre» de centaines de millions d'oiseaux qui meurent sur les tours de télécommunications et les fils électriques. Il disserte longuement au sujet des méfaits du plastique. Il dénonce un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui abaisse le nombre de victimes de Tchernobyl, parce que l'Agence internationale de l'énergie atomique y a collaboré. Et il lance une flèche aux banques et à l'industrie de la construction, qui sous-estiment les coûts d'entretien des maisons pour nous pousser à devenir propriétaires.

D'ailleurs, l'entreprise n'est pas innocente. Il termine son livre en présentant le plan d'un démographe russe qui propose de limiter la procréation à un enfant par femme pour diminuer la population mondiale. «C'est vrai, j'ai la conviction profonde que nous courons à notre perte, admet-il. J'ai écrit ce livre sans moralisme, pour établir les faits. Mais à la fin, je pense que le lecteur est mûr pour ma prescription. Je pense qu'il n'y a pas d'autre solution que la décroissance démographique. Il vaut mieux abaisser nous-mêmes notre population plutôt que de le laisser faire par des guerres, des catastrophes environnementales et des épidémies.»

Pense-t-il réellement que la population mondiale accepterait de n'avoir qu'un enfant par famille? A-t-il lui-même des enfants? «J'avais un enfant mais il est mort, répond-il après un silence. J'aime les grandes familles. Après ma femme, la personne que j'aime le plus est ma soeur. Mais je crois qu'il y aurait bien assez d'enfants en adoption et d'orphelins pour satisfaire les besoins de tout le monde.»

Hara-Kiri

Plusieurs organismes, dont le Mouvement pour l'extinction volontaire de l'humanité, affirment que la seule manière de sauver la Terre est de se faire hara-kiri. Sur son site, vhemt.org, l'organisme de l'Oregon affirme que la fin de la procréation est la seule manière d'éviter les guerres entourant les ressources comme l'eau, qui iront en s'aggravant. De plus, sans enfants, fini les parents qui perdent tragiquement leurs enfants et la délinquance juvénile. Earth First, une autre ONG plus combative, propose quant à elle l'utilisation de «tous les instruments disponibles», jusqu'à la guérilla environnementale, pour protéger les dernières régions sauvages de la planète.

Le compte à rebours de l'apocalypse

À l'Université d'Oxford, l'Institut pour l'avenir de l'humanité calcule les risques d'une extinction catastrophique de la race humaine. La dernière évaluation est d'une possibilité sur un milliard chaque année. C'est-à-dire qu'il y a une possibilité sur 10 millions (davantage qu'à la loterie) que l'humanité soit exterminée du jour au lendemain dans les 100 prochaines années. Dernière en date parmi les causes possibles de l'apocalypse: la nanotechnologie.

Controverse sur la mégafaune

Selon l'une des thèses les plus importantes sur lesquelles Paul Weisman appuie son livre, l'homme est responsable de l'extinction des grands mammifères d'Amérique survenue il y a 13 000 ans. Mais d'autres paléontologues pensent que des virus ou des changements climatiques ont pu causer cette extinction. «En effet, les causes sont probablement multiples, concède M. Weisman. Mais il reste que, chaque fois que l'homme est apparu sur un continent, les grands mammifères se sont éteints peu après. En Amérique, on peut penser que les glaciations ont poussé les grands mammifères vers de petits refuges autour des fleuves, où les chasseurs ont pu facilement les exterminer. Sans glaciation, pas d'extinction. Mais l'homme est tout aussi indispensable.»

Le successeur de l'Homme

Si l'homme disparaissait, qui le remplacerait? Quel primate acquerrait le premier la capacité du langage et maîtriserait l'agriculture? Paul Weisman pense que les chimpanzés en seraient les plus susceptibles, au fil de quelques millions d'années. «On parle souvent de l'intelligence des singes bonobos, dit-il. C'est vrai qu'ils sont plus intelligents que les chimpanzés. Mais ils sont aussi trop pacifiques. Leur nombre périclite à cause de cela. Les chimpanzés sont plus agressifs, ils prendraient probablement pied dans tous les écosystèmes d'Afrique et finiraient par migrer ailleurs, dans des environnements plus difficiles, où il devraient évoluer pour s'adapter.»

La revanche de la nature

Le sida est-il la revanche de la nature sur l'homme? Il est possible que la raison de la vulnérabilité de l'homme devant ce virus, auquel les chimpanzés ont résisté, se trouve dans les mutations génétiques responsables de l'intelligence. Seulement 4% de notre code génétique est différent de celui des singes les plus évolués, et là se trouve la clé de l'énigme.

La nature sans l'Homme

Que se passerait-il si l'homme disparaissait du jour au lendemain? Alain Weisman, professeur de journalisme à l'Université de l'Arizona, a imaginé les étapes que suivrait la nature pour reprendre ses droits sur la planète dans son livre The World Without Us, publié en français sous le titre Homo disparitus.

Deux jours après la disparition de l'homme

Les métros de plusieurs villes, dont celui de Montréal et de New York, sont inondés parce que les pompes qui vident les tunnels ne fonctionnent plus.

Sept jours

Les réservoirs de carburant diesel d'urgence qui refroidissent les réacteurs nucléaires sont épuisés. Les centrales explosent.

1 an

Les rues des villes nordiques, comme Montréal, sont couvertes de nids-de-poule.

De deux à quatre ans

Les mauvaises herbes envahissent rues et trottoirs. Les racines des arbres se dirigent vers les égouts, qu'elles briseront en seulement quelques années.

Quatre ans

Les gratte-ciel commencent à s'écrouler en raison des infiltrations d'eau qui ont affaibli leur structure métallique.

Cinq ans

Des incendies allumés par la foudre dans le bois mort des parcs ravagent les villes.

20 ans

Les toits des maisons commencent à s'effondrer. Les plus résistantes dureront un siècle.

25 ans

Les ruisseaux et marais ont regagné leur lit d'origine dans les villes.

300 ans

Les ponts suspendus s'écroulent.

500 ans

Des forêts matures recouvrent les villes

600-700 ans

Les ponts à arches s'écroulent

5000 ans

Les capsules métalliques des bombes thermonucléaires sont fissurées et laissent s'échapper le matériau radioactif.

35 000 ans

Les effets de la pollution par le plomb ne sont plus perceptibles.

100 000 ans

L'impact des gaz à effet de serre est devenu imperceptible.

250 000 ans

La radiation des infrastructures nucléaires est redevenue assez faible pour se confondre avec la radiation naturelle.

Quelques milliers d'années

Les seules structures qui résistent encore sont le tunnel sous la Manche et les sculptures représentant les présidents américains sur lemont Rushmore. Les pyramides ont finalement succombé aux outrages des ans parce qu'elles sont dénuées de leur protection de marbre depuis les invasions arabes. Les bâtiments de pierre couverts de marbre, dans les villes occidentales, ont survécu longtemps parce que la pollution a cessé de les attaquer.

Quelques centaines de milliers d'années

Des microbes acquièrent la capacité de dégrader le plastique, la dernière trace de l'homme.

© La Presse

http://www.flashespace.com/html/juillet07/29_07.htm

amicalemenet
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Mononk Jacques
Chroniqueur


Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 642
Localisation: 46°37'N 72°41'O

 Message Posté le: Dim 29 Juil 2007 1:40 am    Sujet du message: bon vendeur
Répondre en citant

Ça doit-être bon vendeur «Homo disparitus». Mais disons que pour que l'humanité disparaissent il faudrait plutôt l'homo extinctus.

C'est un beau discours pour enflammer l'imaginaire, toutefois comme l'homme est l'être le plus aptes a survire dans n'importe quelle condition, parce qu'il sait se créé un environnement artificiel, il faudrait que toutes les formes de vies soient disparu pour qu'il disparaisse à son tour. Et encore s"il sait synthétiser des protéines, il en aura pour longtemps. Le seul scénario possible, pour qu'homo sapiens disparaisse, est que tout pète d'un coup.

Pour que la nature reprenne ses droit, il faut encore que la vie existe et soit possible.

Homo disparitus, c'est pas pour tout le monde. Il restera toujours des sapiens. Homo extinctus, faut espérer que non. Je garde espoir qu'homo sapiens se mette un jour à réfléchir avant de changer de nom.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vinety
Invité





 Message Posté le: Dim 29 Juil 2007 10:21 am    Sujet du message: Re: La Terre sans nous
Répondre en citant

Salut Albert

Je constate que tu es rapide de la gâchette. Je viens de lire le même article sur Cyberpresse.

J'ai toujours été de cet avis, la terre n'a pas besoin de l'homme pour exister, c'est le contraire.

Quand nous pensons à sauver la terre, nous pensons à nous sauver.

C’à me fait rire aux éclats quand je lis de telles couillonnades sur notre pauvre terre.

Amicalement

Vinety
 Revenir en haut »
lamarchat
Chroniqueur


Inscrit le: 26 Mar 2007
Messages: 496

 Message Posté le: Dim 29 Juil 2007 3:51 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonsoir mon cher vinety
D’abord ; y a-t-il une éventuelle loi non détectée encore derrière la non disparition de l’homme jusqu'à à nos jours ou non ; moi il me parait oui ; en plus et dans ce sens la disparition des dinosaures avant est elle une étrange combinaison en faveur de cet homme pour qu’il puisse vivre sur cette terre car en présence de ces dinosaures il ne peut pas et je vous remercie toujours
_________________
Un univers fini limité ou illimité ne peut pas supprimé l’incompris qui nous attire en sens d’une infinitude étrange et pas facile
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Yahoo Messenger
vinety
Invité





 Message Posté le: Dim 29 Juil 2007 6:44 pm    Sujet du message: dinosaures
Répondre en citant

lamarchat a écrit:
Bonsoir mon cher vinety
D’abord ; y a-t-il une éventuelle loi non détectée encore derrière la non disparition de l’homme jusqu'à à nos jours ou non ; moi il me parait oui ; en plus et dans ce sens la disparition des dinosaures avant est elle une étrange combinaison en faveur de cet homme pour qu’il puisse vivre sur cette terre car en présence de ces dinosaures il ne peut pas et je vous remercie toujours


Salut Lamarchat

Quel beau film en perspective sur la loi et les colts de l’Ouest américain, où l’Homo Extinctus se défend contre l’envahissement des méchants Dinosaurus-Méchantus avant leurs disparitions. Loi édictée par les Homo Goliatis pour éradiquer les Dinosaurus quelques millénaires plus tôt.

Croirez-vous vraiment que les hommes n’auraient pu survivre en présence des dinosaures? Si nous avons pu détruire Nagasaki et Hiroshima en quelques secondes, nous aurions surement trouvé une parade contre des dinosaures passablement idiots.

N’avons-nous pas chassé les Éléphantis Archahicus (mammouth), il y a plus de 15 mille ans, avant l’ère glacière, où l’Homo Sapiens et les hommes du Cro-Magnon ont peut-être aidé à leur extinction?? Rolling Eyes Razz Shocked

Amicalement

Vinety
 Revenir en haut »
Mononk Jacques
Chroniqueur


Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 642
Localisation: 46°37'N 72°41'O

 Message Posté le: Lun 30 Juil 2007 10:18 am    Sujet du message: Re: dinosaures
Répondre en citant

vinety a écrit:
Croirez-vous vraiment que les hommes n’auraient pu survivre en présence des dinosaures?


Ben faut dire mon bon Vinety que l'homme et les dinosaure ne respire pas le même air. Y a quand même plusieurs dizaines de millions d'années qui nous séparent. Mais comme bientôt l'air sera aussi chargé en co2 qu'à cette époque, peut-être reviendront-il un jour pour se confronté à homo asphicsiansis.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
kalolo
Chroniqueur


Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 61

 Message Posté le: Mer 01 Aoû 2007 3:37 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour,
mais les salellites, en combien de temps disparaîtraient-ils ?
Les objets sur la Lune et sur Mars ?
Les sondes spaciales ?
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vinety
Invité





 Message Posté le: Mer 01 Aoû 2007 1:06 pm    Sujet du message: Re: dinosaures
Répondre en citant

Salut Lamarchat

Dans le texte suivant ;
Citation:

N’avons-nous pas chassé les Éléphantis Archahicus (mammouth), il y a plus de 15 mille ans, avant l’ère glacière, où l’Homo Sapiens et les hommes du Cro-Magnon ont peut-être aidé à leur extinction ?


Je mentionnais que peut-être les hommes avaient contribué à l’extinction des mammouths.
Mais selon l’article suivant, il semblerait qu’il en fut autrement.

Citation:


http://www.cyberpresse.ca/article/20070801/CPSCIENCES/70801023/1020/CPSCIENCES

La Presse
L'homme pourrait être innocent du massacre des mammouths. Un archéologue californien vient de proposer qu'une comète ait frappé l'Amérique du Nord voilà 12 900 ans, tuant tous les grands mammifères.

Les sédiments de cette époque montrent que des feux intenses, atteignant 4000 degrés Celsius, ont fait rage. Comme il y a peu d'iridium dans ces sédiments, «l'agresseur» est probablement une comète plutôt qu'un astéroïde.

Une comète expliquerait aussi les importants changements climatiques et de salinité des océans qui sont survenus au même moment ; l'hypothèse dominante veut qu'ils aient été causés par le déversement d'un immense lac glaciaire, mais une comète pourrait aussi avoir causé cet afflux d'eau douce en faisant fondre les glaciers.


Comme il est intéressant de trouver tous les jours des sources d’informations, qui souvent contredisent nos croyances.

Amicalement

Vinety
 Revenir en haut »
vinety
Invité





 Message Posté le: Mer 01 Aoû 2007 1:18 pm    Sujet du message: disparitionde l'homme
Répondre en citant

lamarchat a écrit:
Bonsoir mon cher vinety
D’abord ; y a-t-il une éventuelle loi non détectée encore derrière la non disparition de l’homme jusqu'à à nos jours ou non ; moi il me parait oui ; en plus et dans ce sens la disparition des dinosaures avant est elle une étrange combinaison en faveur de cet homme pour qu’il puisse vivre sur cette terre car en présence de ces dinosaures il ne peut pas et je vous remercie toujours


Salut Lamarchat

Si je comprends bien votre texte sur la disparition de l’homme, hé bien, je suis de votre avis : Plusieurs espèces d’hommes ou de bipèdes lui ressemblant ont effectivement disparu.
A ma connaissance, le seul qui a survécu à l’évolution des hominidés, ce que nous sommes aujourd’hui, l’homo sapiens sapiens.
 Revenir en haut »
vinety
Invité





 Message Posté le: Mer 01 Aoû 2007 10:31 pm    Sujet du message: déchets spatiales
Répondre en citant

kalolo a écrit:
Bonjour,
mais les salellites, en combien de temps disparaîtraient-ils ?
Les objets sur la Lune et sur Mars ?
Les sondes spaciales ?


Salut Kalolo

Je ne suis pas un expert en balistique ni en satellisation, mais avec le peu de connaissances sur ce sujet, je peux quand même risquer ce qui suit sans trop me tromper : Les satellites de fabrication humaine vont tous un jour ou l’autre se désintégrer dans la haute atmosphère. Pour les maintenir sur leur trajectoire préprogrammée, on doit utiliser de petites fusées correctrices. Le jour où le carburant de ces fusées sera épuisé, hé bien la pesanteur et la gravitation joueront leurs rôles et ils s’écraseront.

Par contre, la problématique est plus grande concernant les déchets légers de plus en plus grandes quantités qui orbitent autour de la Terre. Ils sont une menace pour les vols habités ou les objets satellisés autour de la terre. L’impact d’un simple morceau de peinture qui s’est détachée d’un satellite ou d’une fusée, peut-être fatale, s’il frappe un satellite habité ou non.
Car la force de l’impact est proportionnelle au carré de la vitesse multiplié par la masse de ce morceau de peinture. Un milligramme de peinture peut alors avoir l’énergie d’une balle de carabine.

Les objets sur la lune seront peut-être dégradés par les rayons ultraviolets provenant du soleil, à moins qu’ils soient sur la face cachée de la lune, où ils en seront protégés. Quant à ceux qui sont sur mars, ils seront surement enterrés à tous jamais par les vents martiens qui charrient rune grande quantité de sable. Mais peut-être que dans mille ans, une expédition terrienne en visite sur mars, découvrira un machin terrestre déterré par ces mêmes vents. Qui sai?

Amicalement

Vinety
 Revenir en haut »
kalolo
Chroniqueur


Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 61

 Message Posté le: Mer 01 Aoû 2007 11:09 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour vinety,

Citation:
Les objets sur la lune seront peut-être dégradés par les rayons ultraviolets provenant du soleil, à moins qu’ils soient sur la face cachée de la lune, où ils en seront protégés

Aucune face de la Lune n'est à l'abrit des rayons solaires.
La face cachée de la Lune n'est à l'abrit que des rayons reflété par la Terre.
C'est de nous quelle est caché et pas du reste de l'univers.

Cordiallement, kalolo.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vinety
Invité





 Message Posté le: Jeu 02 Aoû 2007 12:10 am    Sujet du message: la lune
Répondre en citant

kalolo a écrit:
Bonjour vinety,

Citation:
Les objets sur la lune seront peut-être dégradés par les rayons ultraviolets provenant du soleil, à moins qu’ils soient sur la face cachée de la lune, où ils en seront protégés

Aucune face de la Lune n'est à l'abrit des rayons solaires.
La face cachée de la Lune n'est à l'abrit que des rayons reflété par la Terre.
C'est de nous quelle est caché et pas du reste de l'univers.

Cordiallement, kalolo.


Salut kalolo

Tu as surement raison, car je n’ai jamais vérifié ma croyance. Hé bien, je te remercie pour l’information. Je vais la vérifier et je m’en rappellerai pour le reste de ma vie.

À chaque soir, je me couche moins ignorant que la veille. Ce soir, ce sera à cause de toi.

Amicalement

Vinety
 Revenir en haut »
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum »  Débats scientifiques » La Terre sans nous
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2022 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003