FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
MESSENGER révèle de nouvelles informations sur l'exosphère,
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Actualites » MESSENGER révèle de nouvelles informations sur l'exosphère,
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11028
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Lun 19 Juil 2010 11:27 pm    Sujet du message: MESSENGER révèle de nouvelles informations sur l'exosphère,
Répondre en citant

Salut a tous

L'analyse des données du troisième et dernier survol de Mercure par MESSENGER (Mercury Surface, Space Environment, Geochemistry and Ranging) en Septembre 2009 a révélé les premières observations d'émission d'une espèce ionisée dans l'exosphère de Mercure,

de nouvelles informations sur des sous-orages magnétiques (magnetic substorms), et la preuve d'un plus jeune volcanisme sur la planète la plus intérieure que précédemment reconnu.

Les résultats sont rapportés dans trois papiers publiés en ligne le 15 Juillet dans la section Science Express du site Web du magazine Science.

L'exosphère de Mercure est une atmosphère ténue d'atomes et d'ions provenant de la surface de la planète et du vent solaire.

Les observations de l'exosphère fournissent une fenêtre dans les interactions étendues entre la surface de Mercure et son environnement spatial.

Les aperçus que de telles observations fournissent dans la composition de surface, transport de matériel sur la planète, et la perte de matériel vers l'espace interplanétaire améliorent notre compréhension non seulement de l'état actuel de Mercure mais également de son évolution.

Les observations du vaisseau spatial de l'exosphère de Mercure indiquent des distributions spatiales remarquablement différentes parmi les éléments neutres et ionisés dans l'exosphère.

Le troisième survol a produit les premiers profils détaillés d'altitude des espèces exosphériques au-dessus des pôles nord et sud de la planète.

"Ces profils ont montré une considérable variabilité chez le sodium, le calcium, et les distributions de magnésium, indiquant que plusieurs processus sont en action et qu'un processus donné peut affecter chaque élément vraiment différemment," indique le scientifique participant de MESSENGER et auteur principal Ron Vervack, du Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory (APL), à Laurel, Md.

Les différences dans les répartitions du sodium, du calcium, et du magnésium étaient également observées dans la direction opposée au Soleil de la planète.

"Un dispositif frappant dans la région de traînée proche de la planète est l'émission d'atomes neutres de calcium, qui montre un pic équatorial dans la direction de l'aube qui a été cohérent dans l'endroit et l'intensité à travers chacun des trois survols, dit Vervack.

"L'exosphère de Mercure est fortement variable en raison de l'orbite excentrique de Mercure et des effets d'un environnement spatial en constante évolution.

Que cette distribution observée de calcium soit resté relativement inchangée est une complète surprise."

Au premier rang des découvertes lors du troisième survol était les premières observations de l'émission de calcium ionisé dans l'exosphère de Mercure.

"L'émission était concentrée au-dessus d'un secteur relativement petit d'un à deux rayons de Mercure en direction opposée au Soleil de la planète avec la majeure partie de l'émission se produisant près du plan équatorial," indique Vervack.

"Cette distribution concentrée ne peut pas être expliquée par la conversion in situ des atomes locaux de calcium en ions de calcium et indique à la place le transport magnétosphérique des ions comme mécanisme pour les concentrations comme observées.

Bien qu'un tel transport soit commun dans les magnétosphères planétaires, dans quelle mesure elle peut affecter la distribution des espèces dans l'exosphère de Mercury n'a pas été pleinement appréciée."

Le bassin à double anneau Rachmaninoff

Crédit : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics

Laboratory/Carnegie Institution of Washington

Pendant ses deux premiers survols de Mercure, MESSENGER a capturé des images confirmant que le volcanisme dominant s'est produit tôt dans l'histoire de la planète.

Le troisième survol de Mercure du vaisseau spatial a révélé un bassin d'impact avec un anneau de 290 kilomètres de diamètre, parmi les plus jeunes bassins vus à ce jour et récemment nommé Rachmaninoff, ayant un plancher intérieur rempli de plaines lisses spectralement distinctes.

Les plaines peu criblées de cratères de Rachmaninoff postdatent la formation du bassin et sont apparemment formées du matériel qui a par le passé coulé à travers la surface.

"Nous interprétons ces plaines pour être les plus jeunes dépôts volcaniques que nous avons trouvés à ce jour sur Mercure," dit l'auteur principale Louise Prockter, également de l'APL et l'une des scientifiques adjointes au projet MESSENGER.

"De plus, une dépression irrégulière entourée par un halo diffus de matériel lumineux au nord-est du bassin marque une possible cheminée volcanique explosif plus grand que précédemment identifié sur Mercure.

Ces observations suggèrent que le volcanisme sur la planète s'est étalé sur une durée beaucoup plus grande qu'on le pensait auparavant, peut-être s'étendant bien dans la seconde moitié de l'histoire du Système solaire."

Les sous-orages magnétiques sont des perturbations de météorologie spatiale qui se produisent par intermittence sur Terre, habituellement plusieurs fois par jour, et durent d'une à trois heures.

Les sous-orages terrestres sont accompagnés d'une gamme des phénomènes, tels que les spectacles auroraux majestueux vus dans les cieux arctiques et antarctiques.

Les sous-orages sont également associés aux événements dangereux de particules énergiques qui peuvent perturber les communications et les satellites d'observation de la Terre, en particulier aux altitudes des orbites géosynchrones.

Les sous-orages magnétiques terrestres sont alimentés par l'énergie magnétique stockée dans la queue magnétique de la Terre.

Au cours du troisième survol de Mercure par MESSENGER, le magnétocompteur a documenté pour la première fois les préparatifs d'un sous-orage, ou le "chargement" d'énergie magnétique dans la queue magnétique de Mercure.

Les augmentations d'énergie que MESSENGER a mesuré dans la queue magnétique de Mercure étaient très grandes, par des facteurs de deux à trois, et elles se sont produites très rapidement, durant seulement deux à trois minutes du commencement jusqu'à la fin.

Ces augmentations d'énergie magnétique de queue chez Mercure sont environ 10 fois plus grandes que chez la Terre, et les événements de sous-orages se déroulent environ 50 fois plus rapidement.

"Les chargement et déchargement extrêmes de queue observés chez Mercure impliquent que l'intensité relative des sous-orages doit être beaucoup plus grande que chez la Terre," indique l'auteur principal James A. Slavin, un physicien de l'espace au Goddard Space Flight Center de la NASA et membre de l'équipe scientifique de MESSENGER.

"Cependant, ce qui est bien plus passionnant est la correspondance entre la durée d'accroissement du champ de queue et la durée du cycle de Dungey, qui décrit la circulation de plasma à travers une magnétosphère."

"Avec ces nouvelles mesures de MESSENGER nous pouvons prouver pour la première fois que le temps de circulation de plasma de Dungey détermine la durée de sous-orage chez une autre planète et pas simplement chez la Terre, suggérant que cette relation puisse être un dispositif universel de magnétosphère de type terrestre," note Slavin.

"Un aspect clé du déchargement de la queue pendant les sous-orages terrestres est l'accélération des particules chargées énergiques, mais aucune signature d'accélération n'a été vue pendant le survol de MESSENGER.

Il s'avère que ce nouveau mystère ne sera pas résolu jusqu'à ce que des mesures plus étendues soient faites quand MESSENGER sera en orbite autour de Mercure."

"Chaque fois que nous avons rencontré Mercure, nous avons découvert de nouveaux phénomènes," indique l'investigateur principal de MESSENGER Sean Solomon, de la Carnegie Institution de Washington.

"Nous avons appris que Mercure est une planète extrêmement dynamique, et il a été ainsi dans toute son histoire.

Une fois que MESSENGER sera sans problème inséré en orbite autour de Mercure en Mars prochain, nous serons là pour un spectacle formidable."

http://messenger.jhuapl.edu/news_room/details.php?id=148

MESSENGER's Third Mercury Flyby: Slavin et al., Prockter et al., and Vervack et al.

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

la source;

http://pagesperso-orange.fr/pgj-new/0710-nouvelles.htm#Mercure

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Actualites » MESSENGER révèle de nouvelles informations sur l'exosphère,
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2021 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003