FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Métrique, mais laquelle (espace-temps ou densitométrique)
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Astrophysique » Métrique, mais laquelle (espace-temps ou densitométrique)
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Jeu 27 Sep 2007 7:29 pm    Sujet du message: Métrique, mais laquelle (espace-temps ou densitométrique)
Répondre en citant

Salut

Les maths en relativité sont bonne, ce n'est juste leurs représentation sur l'objectivité de la nature qui ne les pas !!!!!

Je m'explique :

L'Hammiltoniens (l'intégrale des énergie/impulsion) et le Langrangiens (intégrale des chemins ou trajectoires) ne sont là en fait que pour faire correspondre les différents référenciels (relation de covariance mathématique) entre eux et ceci à partir de la constante de C. C (vitesse de la lumière) est l'invariant absolut (a tiens, un absolut ici !!!!) qui donne une énergit limite au repos (E=MC2), puis qu'il s'agit de "LA" vitesse limite dans tout l'univers (moi je dirais plutot une représentation de sa Célérité, puis que ce prostulat n'est pas vraiment encore vérifier et validé sur des grandes distance astronomique en fonction des changement de densité gravitationnelle galactique et même solaire, voir les annomalie des pioneer/voyager/hulyce et autre) ! Donc a partir de ceci et de la vitesse limite de 'C', on fait des relation mathématique de covariance (V/C) ce qui a pour effet de garder intacte l'expression des lois physique a travers tout les référenciels entre eux. C'est cette relation de proportionnalité (V/C) qui dévoile les contractions d'espace (comme effets de mesure et d'observation de la dynamique comportemental) et de la dilatation du temps (sur leurs durée interactionnelle selon les niveaux d'énergie-impulsion impliqué et encore une fois comme effet seulement et non la cause). La théorie d'Einstein n'est pas une théorie substancialisme (sur l'objectivation du continuum espace-temps), mais de dimension mathématique seulement qui fait resortir les effets de l'expression d'une dynamique sirué entre les choses (effective donc !!!) !!!!!!!!! L'interprétation de Lorentz est mieu a cette effet !!!!!!!

La métrique découle de ce formalisme, mais ce que le formalisme ne dit pas, c'est de quoi il s'agit en fait, car ici il s'agit des effet que l'on mesure et observe (sur le plan interactionnel et comportemental) et non des ou de la cause (sur le plan des essence ou épistémologique). (ou la véritable nature des champs gravitationnels)

Maintenent, il est aussi intéressant de se représenter tout ça, par une sorte de dynamique relié aux objets même, CAD une dynamique relié aux différentes densitométrie des énergie et donc de leurs concentration évoluant en duré et en étendut sur des plan sphérique et englobant une certaines étendut d'influence et donc de durée !

On sait que la matière est en fait une sorte de codensat d'énergie (onde stationnair) et il est aussi intéressant de se représenté la gravitation par une sorte de relation densitométrique et de forme plus ou moins sphérique sur un étendut quelconque, de ses condensat et relié aux ondes plane qui les chevauche et les fait interagirent (entrer en relation). Maintenent la métrique gravitationnelle peut être aussi représenté par une sphère d'influence de cette métrique densitométrique décroissant au carrée (ou autre) selon les distances, versus un point d'origine a concentration densitométrique plus fortes en codensat (en énergie cinétique donc) ! En plus la graviter serait expliquer par la pression de cette dynamique densitométrique des codensat/énergie/onde stationnaire avec leurs pression d'onde qui les englobe. En plus (servant de jauge) les différentiel de pression et des mouvements d'entrainement cummuler peut très bien expliquer la rotation/translation des corps !!!! Cela suppose aussi que l'interaction gravitationnelle n'est pas de porté infini !!!!!

Bon, fini pour le résumé !

PS : Ici les pression assymétrique du vide, serait relié aux pression négative et donc a l'anti-gravité et en plus favorisant le phénomène de fluctuation quantique pouvant crée de nouvelle onde stationnaire par phénomène de résonnaces dissipative ou autre relié aux différentiel des pression d'onde plane et ondes stationnaire !

PS 2 : La lumière ne serait plus une vitesse limite, mais une célérité en rapport avec la concentration densitométrique des codensat d'onde d'énergie stationnaire !!!!!

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
b1a2s3a4l5t6e7
Moderateur en chef


Inscrit le: 22 Jan 2007
Messages: 3034
Localisation: Québec,(Québec),Canada

 Message Posté le: Mer 10 Oct 2007 10:19 pm    Sujet du message: Re: Métrique, mais laquelle (espace-temps ou densitométrique
Répondre en citant

glevesque a écrit:


On sait que la matière est en fait une sorte de codensat d'énergie (onde stationnair) et il est aussi intéressant de se représenté la gravitation par une sorte de relation densitométrique et de forme plus ou moins sphérique sur un étendut quelconque, de ses condensat et relié aux ondes plane qui les chevauche et les fait interagirent (entrer en relation). Maintenent la métrique gravitationnelle peut être aussi représenté par une sphère d'influence de cette métrique densitométrique décroissant au carrée (ou autre) selon les distances, versus un point d'origine a concentration densitométrique plus fortes en codensat (en énergie cinétique donc) ! En plus la graviter serait expliquer par la pression de cette dynamique densitométrique des codensat/énergie/onde stationnaire avec leurs pression d'onde qui les englobe. En plus (servant de jauge) les différentiel de pression et des mouvements d'entrainement cummuler peut très bien expliquer la rotation/translation des corps !!!! Cela suppose aussi que l'interaction gravitationnelle n'est pas de porté infini !!!!!

Salut. D'apres ce que révele cette citation,comment selon vous la lumiere pourrait-elle etre dévié par la gravitée ? Question
_________________
Merci de votre attention et de votre intérêt
Pierre Jones-Savard
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Jeu 11 Oct 2007 4:32 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

L'interprétation du formalisme est bon, c'est l'aspect substancialisme qui ne l'est pas !!!!!

Ce qui implique que ce n'est pas la courbure de l'espace de manière objective qui en serait la cause véritable, mais bien une autre chose ! Exemple une forme de changement de sa célérité dut par la rencontre d'une concentration (relié a la dynamique de la métrique sous forme mathématique) à la LQG par exemple ou d'une sorte de densitométrie (attaché au même relation du formalisme relativiste) de la matière-énergie elle-même et non de ce qui l'entoure !!!!!! Les effets de toutes dynamique doit s'interpréter par la mesure de ses effets pour faire resortir la manifestation et les comportement de ce qui se retrouve entre les chose, c'est la seul manière de voir et de mieu comprendre la manifestation comportemental d'une action attestant l'effet d'une force ou d'un champs d'énergie sur son entourage. La dynamique et l'interprétation par ce qui ce trouve entre les objets (et non a partir des objets eux-mêmes) en étendut (dynamique de la variable espace du formalisme relativiste) ou en durée (dynamique de la variable temps du formalisme relativiste) phénoménale, fait ressortir les effets des grandeurs d'une actions qui est portée sur les choses, et non leurs cause mais belle et bien les effets de cette action seulement.

Mais en définitive je ne sais pas !!!!!!! Mais le formalisme exprime bien les effets et non la cause comme objet d'objectivité d'ordre substancialisme du continuum d'espace-temps. Il s'agit d'un outils mathém,atique d'interprétation et non d'un objets de la nature objective.

Les effet des ondes électromagnétique (composantes électrique et magnétique) se dévoile et ce manifeste seulement lors de processus interactionnel, on connait le comportement interactionnel mais pas le comportement lors de son mouvement (le déplacement dans l'espace des photons). Les composantes électriques et magnétique ne voyage donc pas avec le photons, puis que celle-ci se manifeste lors de l'interaction qui combine les potenciel d'énergie cinétique, il s'agit d'autre chose mais quoi et comment ? !!!!!!!!

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Astrophysique » Métrique, mais laquelle (espace-temps ou densitométrique)
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003