FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Mercure se dévoile peu à peu
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » le systeme solaire » Mercure se dévoile peu à peu
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Dim 06 Avr 2008 2:05 am    Sujet du message: Mercure se dévoile peu à peu
Répondre en citant

SAlut a tous

Depuis une distance d'approximativement 4 millions de kilomètres, l'altimètre laser de MESSENGER, le MLA (Mercury Laser Altimeter), a imagé la forme de demi-lune de Mercure une semaine après le survol du 14 Janvier 2008 de la planète. Arrow


Crédit : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington

Cette image a été produite en enregistrant les décomptes de bruit dans le détecteur MLA pendant que le vaisseau spatial balayait lentement à travers le disque de la planète.

Les valeurs les plus élevées sont montrées en rouge dans cette image et les valeurs les plus faibles en bleu.

L'échelle de l'image est donnée en milliradians (mrad), une unité de taille angulaire, relativement au centre calculé de Mercure. A une distance de 4 millions de kilomètres, 1 mrad couvre une taille d'environ 4.000 kilomètres. Arrow


Crédit : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics

Cette activité a été coordonnée avec des balayages conduits par les instruments MDIS (Mercury Dual Imaging System) et MASCS (Mercury Atmospheric and Surface Composition Spectrometer ) (montrés comme les modèles plus larges près du fond de l'image) afin de co-aligner les instruments et la frame référence d'inertie du vaisseau spatial.

Le réticule montre la position calculée de Mercure, alors que le cercle est un ajustement à la forme en croissant de la planète comme déterminée par les mesures du MLA. Arrow


Crédit : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics

L'excentrage entre le réticule et le centre du cercle est seulement d'approximativement 0.05 mrad, qui est tout à fait en conformité avec le champ visuel de 0.4-mrad (FOV) du détecteur du MLA, montré dans le coin gauche supérieur de l'image.

Le détecteur FOV du MLA est conçu pour permettre au récepteur de l'altimètre de couvrir la tache du laser de 0.08-mrad de diamètre quand l'instrument est à une distance de la planète de 1.800 kilomètres,

aussi il produit une image quelque peu trouble à la distance beaucoup plus grande de cette image.

Les observations telles que celle-ci continuent à améliorer l'étalonnage du vaisseau spatial MESSENGER et de ses instruments scientifiques.

http://messenger.jhuapl.edu/gallery/sciencePhotos/image.php?gallery_id=2&image_id=178

Apprécier Mozart dans une nouvelle lumière

Quand Mariner 10 a survolé Mercure en 1974, la lumière du Soleil du matin abordait juste le cratère Mozart de sorte que la majeure partie du dispositif étant cachée dans l'obscurité près du terminateur.

Lors du survol de Mercure par MESSENGER le 14 Janvier 2008, Mozart était pleinement éclairé par le Soleil, permettant au cratère d'être vu en détail pour la première fois, comme le montre cette image capturée par l'instrument NAC (Narrow Angle Camera) du MDIS (Mercury Dual Imaging System).

Nommé en l'honneur du compositeur classique Wolfgang Amadeus Mozart, Mozart est le grand cratère près du centre de l'image. Le diamètre du cratère est d'environ 225 kilomètres.

L'arc des collines foncées visibles sur le plancher du cratère représente probablement des restes d'un anneau de pic central, semblable à celui montré dans l'image publiée le 30 Janvier.

Des indices sur l'origine du matériel foncé sur l'anneau du pic et les curieuses stries foncées rayonnant à l'extérieur du cratère seront fournis par des données d'images en 11 couleurs collectées par l'appareil-photo grand angle WAC (Wide Angle Camera) du vaisseau spatial.

Une inspection minutieuse du secteur autour du cratère Mozart montre beaucoup de longues chaînes de cratères secondaires, constituées par l'impact du matériel projeté pendant la formation du cratère principal.

Le cratère Mozart est localisé juste au sud du bassin Caloris et peut être identifié dans l'image en fausse couleur précédemment publiée.

Les membres de l'équipe scientifique de MESSENGER étudient et caractérisent actuellement les petits cratères sur Mercure afin de fournir une nouvel aperçu sur le processus de formation de cratères puisqu'il opère sur les différentes planètes dans le Système solaire.

http://messenger.jhuapl.edu/gallery/sciencePhotos/image.php?gallery_id=2&image_id=177

Explorer l'évolution du bassin Caloris

Le bassin Caloris sur Mercure est l'un des plus jeunes grands bassins d'impact dans le Système solaire, et les images de MESSENGER permettent aux scientifiques de l'étudier d'une manière auparavant impossible.

Cette image, acquise par l'instrument NAC (Narrow Angle Camera) du MDIS (Mercury Dual Imaging System), a été prise le 14 Janvier 2008, et montre un secteur qui est d'environ 280 kilomètres de largeur sur le plancher du bassin.

Les rayons lumineux d'un jeune cratère d'impact s'étendent dans l'image du coin en haut à droite.

Ce cratère lumineux rayonnant est situé légèrement à gauche du centre du bassin et est facilement repéré sur l'image précédemment publiée qui montre le bassin Caloris en entier.

Les fractures spectaculaires vues coupant le plancher du bassin, comme celle vue dans cette image, montrent que des forces extensives ont déformé la croûte de Mercure dans un passé ancien.

On peut observer des cratères d'impact sur les fractures et les fractures ne déforment pas les cratères, indiquant que les fractures sont anciennes.

Les fractures sont observées dans les plaines régulières de matériel qui remplissent le bassin Caloris, sont trouvées près des bords externes du bassin, et sont concentriques et orientées approximativement avec le bord du bassin.

Cette orientation est différente d'une série de fractures radiales située dans le centre du bassin Caloris.

Les fractures ont été probablement formées quand le plancher du bassin s'est surélevé, entraînant l'étirement horizontal et la rupture du matériel qui a rempli le bassin.

On a observé des ruptures concentriques semblables du côté est du bassin qui a été photographié par Mariner 10.

En cartographiant l'étendue de ces fractures et d'autres dispositifs tectoniques, les scientifiques de MESSENGER explorent comment le grand bassin Caloris de Mercure a évolué après qu'il se soit formé.

http://messenger.jhuapl.edu/gallery/sciencePhotos/image.php?gallery_id=2&image_id=174

Faire une mosaïque - partie II

Cette mosaïque est montrée dans une projection équidistante cylindrique (également connu sous le nom d'équirectangulaire), qui est simplement une carte avec les lignes de longitude étant verticales et équidistantes et les latitudes étant horizontales et équidistantes.

http://messenger.jhuapl.edu/gallery/sciencePhotos/image.php?gallery_id=2&image_id=173

la source;

http://pagesperso-orange.fr/pgj/0408-nouvelles.htm#Mercure

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » le systeme solaire » Mercure se dévoile peu à peu
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003