FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Première localisation de l'eau dans un système planétaire en
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Astrophysique » Première localisation de l'eau dans un système planétaire en
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11025
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Lun 08 Fév 2010 11:21 pm    Sujet du message: Première localisation de l'eau dans un système planétaire en
Répondre en citant

SAlut à tous

Pour la première fois, des astronomes ont pu localiser de l'eau dans un disque protoplanétaire autour d'une jeune étoile de type solaire.

Ces disques, au sein desquels l'on pense que les planètes se forment, sont constitués de gaz et de poussières.

Deux chercheurs de l'Université de Bonn, du Leyden Observatory et du Max Planck Institute for extraterrestrial Physics, viennent de détecter la présence d'eau autour de la jeune étoile NGC 1333 IRAS4B.

Cette vapeur d'eau se situe à environ 25 unités astronomiques de l'étoile centrale, soit environ la distance Soleil-Neptune et sa masse est équivalente à cent fois celle de l'ensemble des océans terrestres.

Cette découverte a été réalisée grâce à l'interféromètre du Plateau de Bure dans le Dévoluy, l'un des observatoires radiomillimétriques les plus sensibles au monde.

Cet interféromètre est constitué de 6 antennes radio de 15 m de diamètre et est une des deux stations d'observation de l'Institut de RadioAstronomie Millimétrique (IRAM : INSU-CNRS, MPG, IGN).

Le deuxième observatoire est constitué d'une antenne radiomillimétrique de 30 m de diamètre situé sur le Pico Veleta en Espagne.

Le siège de l'IRAM est à Grenoble. Article paru dans Astrophysical Journal 10/02/2010.

Source : INSU/CNRS http://www.insu.cnrs.fr/co/ama09/premiere-localisation-de-l-eau-dans-un-systeme-planetaire

L'eau est un ingrédient indispensable à la vie sur terre.

La plus grande quantité d'eau des océans terrestres provient probablement d'un nuage interstellaire qui s'est effondré et à donné naissance à notre système solaire.

L'une des questions fondamentales dans l'étude de nos origines est de comprendre comment et où l'eau s'est formée et la manière dont les molécules ont trouvé leur chemin à partir du nuage interstellaire primitif jusqu'aux planètes, comme la terre, il y a environ 4,5 billion d'années.

Alors que les astronomes ne peuvent pas remonter le temps pour observer notre propre système solaire, ils peuvent par contre étudier des systèmes planétaires en formation autour d'étoiles jeunes proches.

Pour la première fois l'Interféromètre du Plateau de Bure de l'IRAM a pu localiser où se trouve l'eau dans un disque en rotation autour d'une de ces étoiles très jeunes, très semblables à notre soleil.

En raison des grandes quantités d'eau qui se trouvent dans notre propre atmosphère, les observations astronomiques de l'eau normale (H216O) exigent des satellites tels que le télescope spatial Herschel mis récemment sur orbite.

Néanmoins, dans l'espace, environ une molécule d'eau sur 500 contient l'isotope lourd 18O de l'oxygène.

Certaines émissions de cette eau plus lourde (H218O) peuvent traverser l'atmosphère terrestre et être captées par les télescopes au sol, tels ceux de l'IRAM.

Comme les télescopes sur terre sont nettement plus grands et ont un pouvoir de résolution 100 fois plus grand que n'importe quel télescope en orbite, l'observation au sol permet aux astronomes de voir avec une grande précision la distribution de l'eau autour d'étoiles en formation.

Une équipe d'astronomes – Jes Joergensen de l'Université de Bonn (Allemagne) et du Centre for Star and Planet Formation de Copenhague (Danemark) et Ewine van Dishoeck de l'Observatoire de Leiden (Pays-Bas) et du Max-Planck-Institut für Extraterrestrische Physik à Garching (Allemagne) - a utilisé l'interféromètre du Plateau de Bure pour observer l'eau sous sa forme lourde autour d'une étoile jeune, nommée NGC 1333 IRAS4B, qui s'est formée il y a seulement 10.000 à 50.000 années.

Les astronomes ont découvert que l'eau autour de cette jeune étoile n'est concentrée qu'à une distance de 25 unités astronomiques de l'étoile dans le disque en rotation, une distance qui correspond à peu près à l'orbite de Neptune dans notre propre système solaire.

Des observations précédentes de cette jeune étoile laissaient supposer que l'eau provenait surtout du nuage primitif sous forme de pluie, s'accrétant au fur et à mesure dans le disque.

Mais les données de l'IRAM montrent que la quantité d'eau contenue dans le disque de l'étoile jeune est 100 fois plus élevée que les prédictions basées sur le scénario décrit ci-dessus et correspond à environ cent fois la masse d'eau contenue dans les océans terrestres.

« L'eau se trouve probablement dans une couche chaude juste au-dessus du niveau moyen du disque, où la plus part de l'oxygène disponible est incorporée dans les molécules d'eau par réaction chimique » explique Ewine van Dishoeck.

« Contrairement au scénario précédant, la plupart des molécules d'eau arrivent sur le disque sous forme de fine pellicule de glace entourant des poussières.

Une fois dans le disque, ces « manteaux de glace » s'évaporent très vite à cause des températures élevées proche de l'étoile jeune. »

L'image du disque autour de NGC 1333 IRAS4B dans le domaine radio, obtenue avec l'Interféromètre du Plateau de Bure.
En haut à gauche l'on peut aperçevoir l'empreinte spectrale de la molécule d'eau.
Crédits: Jes K. Jørgensen and Ewine van Dishoeck

« Les observations de cette vapeur d'eau ouvrent une nouvelle voie pour l'étude de l'eau autour d'étoiles jeunes en cours de formation et complèteront les observations qui pourront être réalisées par satellite » explique Jes Joergensen, auteur principal de la publication.

« Seul l'interféromètre du Plateau de Bure de l'IRAM est capable actuellement de capter et mettre en images ces signaux de cet isotope de l'eau, qui sont très faibles.

Par ailleurs, l'interféromètre du Plateau de Bure observe à une longueur d'onde qui permet de sonder les disques en profondeur ce qui nous permet d'accéder aux procédés physiques et chimiques qui contrôlent les premières étapes dans l'évolution de ces disques qui sont les étapes cruciales vers la formation éventuelle de planètes.

» Durant les trois prochaines années, le télescope spatial Herschel étudiera de l'eau, sous forme normale, dans de nombreux nuages proto-stellaires dans notre propre galaxie et ailleurs.

Conjointement à des observations similaires faites avec des grands instruments au sol, les astronomes seront en mesure de déterminer précisément où se trouve l'eau autour des étoiles en formation, dans quelles quantités et à quel stade d'évolution.

Publié dans "The Astrophysical Journal", le 10 février 2010.

Source : IRAM http://www.iram-institute.org/EN/news-item.php?ContentID=12&rub=1&srub=12&ssrub=0&sssrub=0&id=20

http://pagesperso-orange.fr/pgj-new/0210-nouvelles.htm#eau

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Astrophysique » Première localisation de l'eau dans un système planétaire en
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2020 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003