FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Le CEA scrute les tsunamis du Pacifique.....
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Vie et Terre » Le CEA scrute les tsunamis du Pacifique.....
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11028
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Dim 13 Mar 2011 11:00 pm    Sujet du message: Le CEA scrute les tsunamis du Pacifique.....
Répondre en citant

Salut à tous

Depuis un centre implanté en banlieue parisienne, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) scrute les tremblements de terre du monde entier, comme celui qui a frappé le Japon, pour pouvoir donner l'alerte au tsunami des Marquises à la Nouvelle-Calédonie.

Les plaines de l'Essonne où se dressent les bâtiments abritant le département d'analyse et de surveillance de l'environnement (Dase) du CEA paraissent bien éloignées des côtes du Pacifique.

Photo ; AFP

Il n'aura pourtant pas fallu plus de 12 minutes pour que les secousses générées par le puissant séisme qui a frappé le nord-est du Japon atteignent la métropole française, relève Bruno Feignier, chef du Dase, créé initialement pour étudier l'impact des essais nucléaires français.

Une fois l'alerte donnée, la course contre la montre débute pour les experts du CEA. Une fois connues la magnitude du tremblement de terre (8,9) et sa localisation (par 24,4 km de profondeur à une centaine de kilomètres au large), ils peuvent alors commencer à calculer la longueur et la direction de la faille, point de départ de toutes leurs simulations pour les tsunamis.

"La faille s'est rompue ce matin (vendredi) sur 500 km, avec un glissement pouvant aller jusqu'à 8 mètres par endroits", indique M. Feignier, pour illustrer l'ampleur de la masse d'eau qui a été déplacée durant trois longues minutes par cet énorme "rééquilibrage de la croûte terrestre".

Une fois tous les paramètres en jeu déterminés, ils sont rentrés dans de puissants calculateurs qui les croisent avec les données topographiques des fonds sous-marins sur toute l'étendue du bassin Pacifique pour savoir comment l'énergie de la vague sous-marine va rayonner dans la région.

En quelques heures seulement, le Dase parvient à créer une simulation montrant de minute en minute l'onde du tsunami en train de se propager depuis les côtes japonaises, à une vitesse de 800 km/h en haute mer.

Sur l'animation, on peut voir la vague, d'un mètre de haut environ, atteindre Hawaii huit heures après le séisme.

Elle fonce aussi sur Wallis-et-Futuna et les Marquises, en "zone rouge" sur la carte et où la nature des fonds sous-marins pourrait amplifier le phénomène pour former un raz-de-marée de plusieurs mètres.

Ces prédictions sont régulièrement alimentées et confirmées par des observations réalisées sur le terrain.

Ou plutôt au fond de l'eau par une série de bouées mesurant la hauteur des vagues au fur et à mesure que le tsunami passe.

Des simulations précieuses pour donner l'alerte dans les territoires français du Pacifique et permettre aux habitants de se mettre à l'abri suffisamment tôt, s'est félicitée la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, lors d'une brève visite au centre du CEA.

La surveillance devra se maintenir encore jusqu'à samedi, car l'onde du tsunami peut mettre jusqu'à 24 heures pour traverser le Pacifique.

Et les très nombreuses répliques, 25 d'une magnitude supérieure à 5,5 dans les quatre heures suivant la première secousse, peuvent elles aussi générer des raz-de-marée, souligne M. Feignier.

Ces simulations servent aussi à mettre au point les différents scénarios du futur Centre national d'alerte aux tsunamis, qui ouvrira à Bruyère-le-Châtel l'an prochain pour scruter la Méditerranée et l'Atlantique-Est.

Un enjeu crucial pour la métropole, car un raz-de-marée ne mettrait qu'un peu plus d'une heure à se propager des côtes d'Afrique du Nord à la rade de Toulon.

La source ;

http://fr-ca.actualites.yahoo.com/le-cea-scrute-les-tsunamis-du-pacifique-depuis-20110311-100009-053.html

Amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11028
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Dim 13 Mar 2011 11:13 pm    Sujet du message: Les risques d'un fort séisme à Tokyo sont-ils accrus ?
Répondre en citant

Salut à tous

Le violent séisme survenu vendredi dans le nord-est du Japon aggrave-t-il les risques de séisme majeur à Tokyo ?

Plongés dans leurs calculs, les sismologues rappellent que la capitale est dans une zone sismique plus complexe que celle où la terre a tremblé.

Photo ; AFP

Le Comité de recherches sismiques du gouvernement japonais a averti de longue date qu'un grand tremblement de terre - de magnitude supérieure à 8 - avait une forte probabilité de se produire, dans les décennies à venir, dans les plaines du Kanto, où vivent les quelque 30 millions d'habitants de Tokyo.

En 1923, la capitale avait été dévastée par un séisme majeur qui avait fait 140.000 morts.

Depuis, tous les Japonais redoutent le "Big One".

Située au confluent de quatre plaques tectoniques, le Japon subit des séismes parmi les plus forts recensés sur Terre.

En 1995, un tremblement de terre à Kobe, dans l'ouest, a fait plus de 6.400 morts.

Il est trop tôt pour dire si Tokyo est aujourd'hui plus ou moins exposé qu'hier.

Mais la secousse de vendredi aura bien, estiment certains scientifiques, un impact.

"Lorsqu'un séisme survient, il ne se limite pas à réduire les tensions, il les distribue", résume le géophysicien John McCloskey, de l'Institut de sciences environnementales de l'Université d'Ulster.

Le séisme survenu dans le nord-est "devrait avoir un impact" sur la région de Tokyo, estime-t-il, précisant que des calculs vont être faits pour déterminer les interactions en termes de contraintes avec le système de failles des plaines du Kanto.

"A ce stade, je ne peux pas dire si la probabilité des prochains séismes a augmenté ou diminué".

Difficulté supplémentaire: la situation de Tokyo est particulière.

"Ce qui menace Tokyo, c'est une chose un peu différente de ce qui s'est produit aujourd'hui (vendredi), c'est une autre limite entre des plaques", explique Robin Lacassin, de l'Institut de physique du globe à Paris.

Le très gros séisme de vendredi est survenu sur une faille à la limite entre la plaque Pacifique et la plaque Eurasie sur laquelle se trouve le Japon.

"Il a rompu à la limite qui suit la côte nord", a précisé à l'AFP ce responsable de département tectonique et mécanique de la lithosphère.

Plus au Sud, "on arrive dans une zone compliquée au niveau de Tokyo où il y a trois plaques qui s'affrontent", ajoute-t-il, jugeant "difficile" de savoir dès maintenant si le séisme de vendredi "augmente ou diminue le risque" pour la capitale.

"Est-ce que ça augmente la charge sur les autres failles ou est-ce que ça la diminue ?", s'interroge-t-il, expliquant que "même après calculs, on n'aura pas de conclusions définitives et sûres".

Pour Jérôme Vergne, sismologue à l'Institut de physique du globe de Strasbourg, "le risque pour Tokyo n'est pas réduit", c'est seulement dans la zone nord de la faille qui a rompu que les tensions ont pu diminuer.

Le tremblement de terre de vendredi pourrait "avoir augmenté les contraintes sur le segment sud qui n'a pas rompu entièrement depuis le milieu du 19e siècle", ajoute-t-il.

"Une augmentation des contraintes, ça avancerait la date du prochain séisme sur un des segments proches de Tokyo", explique le chercheur.

Images satellitaires et autres observations devraient permettre de comprendre le mécanisme à l'oeuvre et de calculer l'augmentation des contraintes au sud.

"On a besoin de quelques jours pour voir les premiers modèles", dit Jérôme Vergne.

Cela pourrait même prendre "plusieurs semaines, avant qu'on connaisse les implications pour les plaines du Kanto", estime de son côté le géologue Bob Holdsworth de l'Université de Durham (Grande-Bretagne).

Le sismologue suisse Jochen Woessner prédit d'ores et déjà un "large débat" au sein de la communauté des experts pour déterminer si le dernier séisme, de magnitude 8,9, qui a fait des centaines de morts, augmente les risques d'un tremblement de terre de grande ampleur près de Tokyo.

La source ;

http://fr-ca.actualites.yahoo.com/les-risques-dun-fort-séisme-à-tokyo-sont-20110311-094135-052.html

Amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Vie et Terre » Le CEA scrute les tsunamis du Pacifique.....
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2021 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003