FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
CASSINI TITAN :.LE PLUS GRAND LAC DE TITAN
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » le systeme solaire » CASSINI TITAN :.LE PLUS GRAND LAC DE TITAN
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Dim 18 Mar 2007 11:46 am    Sujet du message: CASSINI TITAN :.LE PLUS GRAND LAC DE TITAN
Répondre en citant

SAlut a tous

Suite à la découverte incontestable de lacs sur Titan, Cassini continue son étude de cette mini planète.

Son dernier passage au radar de Février 2007 a mis en évidence un immense lac dans l'hémisphère Nord (toujours!) près du Pôle Nord de Titan. Arrow



Ce lac aurait une dimension de l'ordre de 1100km, on voit ici à une de ses extrémités une "île" de la taille de la Corse, elle fait 90km par 150km.


Cette image date du 22 Février 2007

Image radar bien sûr prise avec la radar à synthèse d'ouverture (SAR Synthetic Aperture Radar).
Sa résolution est de 700m sur le terrain. Wink

Merci a JEAN_PIerre MArtin pour son article;

http://www.planetastronomy.com/astronews/astrn-2007/07/astronews-net-11mar07.htm#KOUROU

amicalement

Wink
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Lun 02 Avr 2007 10:59 pm    Sujet du message: CASSINI TITAN :.LA BONNE FAUCHÉE.
Répondre en citant

SAlut a tous

Le CNES me permet de reproduire leur article publié dans la revue : Espace et Science du 22 Mars 2007 à propos de Titan.
Pour expliquer le titre : la fauchée c'est la bande de terrain couverte par un radar sur un satellite ou un avion lors de son passage.



vue partielle de la fauchée de T16 de Cassini, ©NASA/JPL)

La fauchée, d'une longueur de 6 130 km sur une largeur de 250 km, s'étend des latitudes septentrionales moyennes jusqu'à une latitude de 83°N. Entre 70°N et 83°N plus de 75 zones sombres ont été identifiées.

Ces structures, de formes irrégulières, dont la plus grande dimension varie entre 3 et 70 km, sont associées à des chenaux et à des dépressions topographiques. Leur morphologie rappelle fortement les lacs terrestres.

Ces zones pourraient bien correspondre aux premiers lacs extra-terrestres observés avec une telle précision. Les données révèlent les particularités des structures observées.


La sixième planète du système solaire est une géante gazeuse, d’une masse équivalant à 95 fois la masse terrestre et située sur une orbite distante en moyenne de 1,5 milliards de km du Soleil. Cette planète est entourée d’anneaux dans son plan équatorial.
À ce jour, plus de 56 satellites naturels ont été identifiés en orbite autour d’elle.

L’atmosphère de Titan : D’une épaisseur de 1 400 km, l’atmosphère de Titan crée une pression au sol d’environ 1,5 bar. Elle est constituée de 90% à98% d’azote moléculaire (N2) et de quelques pour cents de méthane (CH4).

De l’argon, de l’hydrogène et du néon ont été identifiés ainsi que des traces d’éthane (C2H6), d’acétylène (C2H2), d’éthylène (C2H4), d’acide cyanhydrique (HCN) ou de cyanogène (C2N2).

Les hautes couches sont le siège de réactions chimiques complexes sous l’influence des radiations en provenance du Soleil et de Saturne. Titan, le plus gros satellite de Saturne, est entouré d'une atmosphère opaque aux longueurs d'onde visibles et à presque toutes les longueurs d'ondes infrarouges, ce qui rend sa surface difficilement accessible aux télescopes terrestres ou spatiaux.

La sonde Cassini, qui survole régulièrement Titan, dispose d'un radar capable de sonder la surface à travers l'épaisse brume qui l’entoure.
Le radar émet une onde radio à13,78 Ghz(2,17 cm de longueur d’onde) puis détecte le faisceau réfléchi dont il mesure la durée du trajet aller-retour et d’autres caractéristiques (voir encadré).

Cette valeur, ainsi que l'affaiblissement de l'intensité du faisceau réfléchi dépendent respectivement du relief, de la rugosité et des propriétés électriques du terrain balayé.

Émis vers la surface avec une incidence variant de 15 à35°aucun rayonnement n’est réfléchi vers le radar quand le faisceau rencontre une zone lisse.

Cela se traduit par une tâche sombre.
Inversement, une surface accidentée, rugueuse ou irrégulière renvoie toujours une partie du faisceau vers le radar et apparaît ainsi plus ou moins brillante.

Lors du survol de Titan, le 22 juillet 2006, le radar a balayé, à une altitude moyenne de 950 km, une région proche du Pôle Nord avec une résolution variant de 300 à1 200 m par pixel.

Quinze structures sont entourées de bords très escarpés. Se fondant sur la récente découverte de caldeiras cryo-volcaniques (Dépression de grande dimension et de forme circulaire, qui résulte de l'effondrement de la partie centrale d'un volcan.) sur Titan, les auteurs émettent l'hypothèse, par comparaison avec certains lacs terrestres, que celles-ci pourraient être à l'origine de ces dépressions.

Le «liquide »de remplissage proviendrait de résurgences de méthane liquide issu de nappes souterraines.

D'autres structures présentent des berges découpées, beaucoup moins abruptes ;

elles sont associées à un réseau de drainage évoquant un remplissage par ruissellement.

La trace des berges ne suit pas toujours les contours de la tache sombre indiquant que certains lacs auraient pu avoir un niveau plus élevé. Pour plusieurs des structures identifiées, les propriétés de la surface sont similaires à celles du terrain environnant ;

il s'agirait de lacs bonjourséchés. Les différents niveaux de remplissage indiqueraient que dans cette région de Titan, sur des échelles de temps encore inconnues, le méthane peut s'évaporer.

Enfin quelques structures sont très sinueuses et ressemblent à des vallées fluviales inondées

La présence d'étendues de méthane liquide est supposée depuis longtemps. Le méthane est, en effet, un des rares composés stable à l'état liquide à la surface de Titan.

Ce composé est abondant dans l'épaisse atmosphère de Titan. Cette hypothèse est confortée par l'analyse fine des paramètres des données radars correspondant aux zones sombres.

Les paramètres de l'onde radar réfléchie, notamment selon les travaux de modélisation de Philippe Paillou, correspondent tous à une surface lisse composée d'un matériau semblable à un hydrocarbure, par exemple, un mélange d’éthane et de méthane.

L'éventualité du remplissage des dépressions par des pluies de méthane implique l'existence d'un cycle «méthanologique» actif de ce composé à la surface et dans l'atmosphère de Titan, similaire au cycle évaporation/condensation de l'eau sur Terre.

L'énorme nuage contenant de l'éthane et du méthane, découvert récemment avec le spectromètre infrarouge de Cassini au dessus du Pôle Nord de Titan, pourrait alimenter les lacs décrits dans cet article.

L'existence d’un tel cycle est compatible avec la présence de nappes souterraines de méthane liquide. Ainsi, plusieurs cycles du méthane cohabiteraient avec des échelles de temps différentes.

Un cycle court, saisonnier de 29 années terrestres, correspondrait au cycle évaporation/condensation du méthane.

Actuellement, le Pôle Nord étant en saison hivernale, les lacs seraient en extension, ils rétréciraient en été. Cette hypothèse pourra être vérifiée lors des prochaines acquisitions du radar de Cassini dans cette région.

Des cycles beaucoup plus longs, s’étendant sur des milliers ou des millions d'années, impliqueraient, entre autres, l'activité cryo-volcanique de Titan, et expliqueraient pourquoi son atmosphère est continuellement enrichie en méthane, alors que celui-ci est détruit en permanence à haute altitude par les rayonnements ultraviolets du Soleil.

La sonde Cassini ne cesse de nous révéler le monde complexe de Titan, Lors de son dernier passage le 22 février 2007, Cassini a trouvé des lacs encore plus grands, de véritables mers.

Comme le souligne Christophe Sotin dans l’analyse de cet article, «nous connaissons à ce jour un seul corps planétaire plus complexe et actif que Titan ; il s'agit de la Terre ».

Le monde de Titan sur votre site préféré.

source de l'article;

http://www.planetastronomy.com/astronews/astrn-2007/09/astronews-net-29mar07.htm#CRATER

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » le systeme solaire » CASSINI TITAN :.LE PLUS GRAND LAC DE TITAN
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003