FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Un drôle de couple
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Observations astronomiques » Un drôle de couple
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11028
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Lun 12 Aoû 2013 1:47 am    Sujet du message: Un drôle de couple
Répondre en citant

Salut à tous

Deux nuages de gaz très différents dans la galaxie d'à côté.

Le Très Grand Télescope de l'ESO a détecté une surprenante région de formation d'étoiles dans le Grand Nuage de Magellan – l'une des galaxies satellites de la Voie Lactée.

Cette image d'une grande netteté révèle l'existence de deux nuages de gaz distincts et brillants : NGC 2014 de couleur rouge et son voisin NGC 2020 de couleur bleue.

Bien qu'ils soient très différents, tous deux ont été sculptés par de puissants vents stellaires issus de très jeunes étoiles extrêmement chaudes qui irradient également le gaz, causant son intense luminosité.

Deux nuages de gaz lumineux bien différents dans le Grand Nuage de Magellan - Crédit : ESO

Cette image a été acquise au moyen du Très Grand Télescope (VLT) qui équipe l'Observatoire de Paranal de l'ESO au Chili – l'endroit idéal pour effectuer des observations astronomiques depuis l'hémisphère sud.

olToutefois, sans l'aide de télescopes tels le VLT,

un simple coup d'œil, par nuit claire et sombre, en direction de la constellation australe de la Dorade (également nommée le poisson-épée ou la dorade coryphène par les anglo-saxons [1]) permet d'apercevoir une tâche floue semblable à s'y méprendre à un simple nuage dans l'atmosphère terrestre.

C'est du moins la première impression que dut avoir Ferdinand Magellan lors de son célèbre voyage dans l'hémisphère sud en 1519.

Magellan n'est jamais revenu de ce voyage – il a été tué aux Philippines.

De retour en Europe, son équipage a toutefois témoigné de l'existence de ce nuage et de son jumeau de dimension plus faible.

Ces deux galaxies de petites tailles ont par la suite été baptisées en l'honneur de Magellan.

Aucun doute toutefois qu'elles aient été aperçues par des explorateurs européens et des observateurs de l'hémisphère sud, bien qu'elles n'aient fait l'objet d'aucun rapport précis.

Le Grand Nuage de Magellan crée de nouvelles étoiles à un rythme soutenu.

Quelques-unes des régions de formation stellaire qu'il abrite peuvent même être aperçues à l'œil nu : la Nébuleuse de la Tarentule en constitue un exemple célèbre.

Toutefois, il existe d'autres régions de dimensions plus petites – mais non moins intrigantes – dont les télescopes sont capables de révéler les moindres détails.

Ainsi, cette nouvelle image acquise par le VLT lève le voile sur une paire curieusement dépareillée : NGC 2014 et NGC 2020.

Le nuage teinté de rose figurant à droite de l'image, NGC 2014, est un nuage lumineux principalement constitué d'hydrogène ionisé.

Il abrite un amas de jeunes étoiles chaudes.

Le rayonnement énergétique issu de ces nouvelles étoiles arrache les électrons aux atomes du gaz d'hydrogène environnant, l'ionisant et produisant par là-même une lueur rouge caractéristique.

Les jeunes étoiles massives sont la source de cet intense rayonnement ainsi que de puissants vents stellaires qui dispersent et éjectent le gaz environnant.

A gauche de l'amas principal figure une étoile extrêmement chaude et brillante [2] dont les vents ont déjà créé une cavité qui apparaît entourée d'une structure en forme de bulle appelée NGC 2020.

La teinte bleutée qui caractérise ce mystérieux objet résulte elle aussi des effets du rayonnement en provenance de l'étoile chaude – de l'ionisation de l'oxygène en l'occurrence, non plus de celle de l'hydrogène.

Les teintes si distinctes arborées par NGC 2014 et NGC 2020 résultent tant de la différence de composition chimique des gaz environnants que des températures des étoiles responsables de la luminosité des nuages.

Les distances séparant les étoiles de leurs nuages de gaz respectifs jouent également un rôle.

Le Grand Nuage de Magellan se situe à environ 163 000 années lumière seulement de notre galaxie, la Voie Lactée, ce qui est très peu à l'échelle cosmique.

Cette proximité, et donc la possibilité de l'étudier plus en détails que toute autre structure plus éloignée, en fait une cible de choix pour les astronomes.

Cette proximité explique également en partie le choix d'installer des télescopes dans l'hémisphère sud, et donc la création de l'ESO voici plus de 50 ans.

Bien qu'impressionnant à l'échelle humaine, le Grand Nuage de Magellan renferme moins du dixième de la matière contenue dans la Voie Lactée et s'étend sur 14 000 années lumière seulement – comparativement aux 100 000 années lumière de la Voie Lactée.

Les astronomes le classent parmi les galaxies naines irrégulières ;

son irrégularité, combinée à sa barre d'étoiles centrale et proéminente, lui confèrent un aspect chaotique qui semble résulter d'interactions avec la Voie Lactée et une autre galaxie proche, le Petit Nuage de Magellan.

Cette image a été acquise au moyen de l'instrument FORS2 (réducteur de focale et spectrographe à faible dispersion dans les domaines visible et proche UV) installé sur le VLT de l'ESO, dans le cadre du programme Cosmic Gems de l'ESO [3].

Notes

[1] Cette constellation est bien souvent nommée le poisson-épée par les anglo-saxons. Toutefois, il semble que la dénomination peu répandue de dorade coryphène soit davantage appropriée. Plus de détails ici.

[2] Cette étoile constitue un exemple de la classe très peu répandue des étoiles de type Wolf-Rayet.

Ces objets à courte durée de vie sont très chauds – leur température de surface peut être dix fois supérieure à celle du Soleil – et très brillants.

Ils dominent leur environnement proche.

[3] Cette image est issue du programme Cosmic Gems de l'ESO, dont l'objectif est de produire et de mettre à disposition des enseignants et du grand public des images d'objets intéressants, étonnants ou bien encore visuellement attrayants acquises par les télescopes de l'ESO.

Le programme utilise du temps de télescope qui ne peut être alloué aux observations scientifiques.

L'ensemble des données collectées peut également être utilisé à des fins scientifiques, et les astronomes peuvent se les procurer au travers des archives scientifiques de l'ESO.

Liens

- Programme Cosmic Gems de l'ESO

- Photos du VLT

- Images acquises au moyen de FORS

- Images acquises au moyen du VLT

La source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1335/

http://pgj-new.pagesperso-orange.fr/0813-nouvelles.htm#source

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

Amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Observations astronomiques » Un drôle de couple
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2021 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003