FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
PHOENIX : AU DELÀ DE LA LÉGENDE!
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Les missions martiennes » PHOENIX : AU DELÀ DE LA LÉGENDE!
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Mar 24 Juil 2007 11:35 am    Sujet du message: PHOENIX : AU DELÀ DE LA LÉGENDE!
Répondre en citant

Salut a tous

Phénix, (en anglais Phoenix), l'oiseau mythique qui symbolise la renaissance et la vie éternelle.

D'après une légende Grecque, cet oiseau lorsqu'il sentait sa fin arriver, il prenait feu et de ses cendres renaissait un nouvel oiseau. D'où l'expression renaître de ses cendres.

Et bien c'est ce qui est arrivé à la prochaine mission martienne de la NASA baptisée très justement Phoenix, vous allez voir pourquoi.

Vous savez que toutes les missions martiennes n'ont pas été fructueuses, loin de là, au contraire près d'une sur deux a été un échec plus ou moins flagrant.

La mission actuelle Phoenix se base sur les missions Mars Polar Lander et Mars Surveyor 2001 Lander.

Mars Polar Lander a été lancée en 1999 et devait se poser près du Pôle Sud de la planète rouge, mais lors de la rentrée atmosphérique les communications furent coupées.

On ne sait pas exactement ce qui s'est passé, on pense à une erreur informatique, les moteurs ont été coupés trop loin du sol, la sonde a dû s'écraser.

Phoenix va utiliser beaucoup d'instruments prévus pour cette mission.

Mars Surveyor 2001 Lander aurait dû être lancée en 2001, mais elle a été radiée des missions autorisées.

Elle consistait en un lander et un petit robot. Elle a été supprimée aussi car cette mission avait beaucoup en commun avec la mission précédente qui avait échoué.

Ses instruments vont être améliorés et utilisés sur la nouvelle mission.

Trois grandes institutions sont concernées avec cette mission :
· Le PI (Peter H. Smith ) est donné à l'Université de l'Arizona (UA)
· Le chef de projet (Barry Goldstein) est situé au JPL et
· Le responsable du vol (Ed Sedivy, ingénieur en chef du projet avorté Mars Surveyor) est Lockheed Martin Space Systems (LMSS).

La sonde elle même est fabriquée par Lockheed-Martin Space Systems Company à Littleton dans le Colorado. Arrow


Shot at 2007-07-24

Vue du Phoenix dans l'atelier de Lockheed Martin, on remarque les panneaux solaires en éventail. (photo : Lockheed/Martin)


Shot at 2007-07-24

Vue d'artiste du Phoenix, au premier plan le bras articulé.

La sonde devrait être lancée par une fusée Delta II de Boeing (celle qui a déjà lancé les rovers) dans les premiers jours d'Août 2007 pour un voyage d'une dizaine de mois, six corrections de trajectoire et une arrivée sur Mars fin Mai 2008.
La mission devrait durer au moins 150 jours martiens.

Le lieu d'atterrissage :


Très original : le cercle polaire arctique, dans la région de Vastitas Borealis où de vastes réserves de glace ont été détectées juste au-dessous de la surface
Entre le 65 et le 75 ° de latitude Nord.

On se souvient aussi que Mars Express avait fait une superbe photo dans cette région d'un lac glacé situé à l'intérieur d'un cratère.

Cette région est intéressante car on espère pouvoir accéder par grattage directement à de la glace d'eau et non plus à des traces comme dans les régions trop équatoriales des rovers.

Voici le genre de terrain sur lequel devrait se poser Phoenix (photo de MRO). Ce terrain de type polygonal est caractéristique du permafrost.


La sonde MRO en orbite autour de Mars récemment, a donc commencé à étudier les plaines de Mars afin de déterminer le terrain d'atterrissage optimal pour Phoenix;

la zone projetée (appelée Région B) a déjà été éliminée car parsemée des roches dangereuses, qui n'avaient pas été vues avec la caméra (moins performante) de MGS, de plus MRO vole plus bas.

Les roches sont un problème, non seulement pour l'atterrissage mais aussi pour le déploiement des panneaux solaires qui se déploient en éventail.

D'autres régions sont à l'étude et le bon candidat (parmi 5) devrait être choisi rapidement. Ce seront définitivement des zones équivalent à un permafrost terrestre, là où les responsables missions espèrent trouver de la glace d'eau sous la surface.

On n'a pas choisi un sol de glace pure, car il est plus difficile à creuser que recouvert de poussières et d'autre part, cette poussière devrait protéger la couche de glace des dangereux UV détruisant les molécules organiques.


LES OBJECTIFS DE LA MISSION :


Objectif 1 : Déterminer si la vie a jamais existé sur Mars. Phoenix doit poursuivre ce qu’avait entrepris Viking en 1976, à savoir trouver la signature de la vie dans un environnement que l’on sait riche en eau (même solide). Les analyses devraient être plus performantes qu’à l’époque des Viking.

Un problème lié à cette étude est le fait que l’on ne sait pas exactement si l’action des rétros fusées d’atterrissage vont avoir une influence sur le sol.


Objectif 2 : Comprendre le climat de Mars, surtout à la fin de l’hiver martien, comment le sol polaire réagit à l’arrivée des premiers rayons de Soleil. Rôle du climat polaire.


Objectif 3 : Étudier la géologie martienne en étudiant la chimie et la minéralogie du sol, sol qui d’après certains scientifiques serait les restes d’un ancien océan, on recherchera donc la trace de sédiments possibles. Un microscope devrait aider à cette détermination.


·Objectif 4 : Préparer une éventuelle mission humaine, comment peut on accéder aux ressources d’eau et quelles sont les autres ressources susceptibles d’être utilisées par des explorateurs humains. Potentiel d’habitabilité de la région polaire.

Afin de répondre à ces questions cruciales, Phoenix embarque des instruments très performants.
Sur les objectifs de la mission.


LES INSTRUMENTS EMBARQUÉS.

Comme déjà dit, la plupart sont hérités de Mars Polar Lander (MPL) et de Mars Surveyor (MS).

·

La caméra de descente MARDI (Mars Descent Imager) de Michael Malin, récupérée de Mars Polar Lander, cette caméra couleur sera activée à l’éjection du bouclier thermique et devrait prendre une dizaine de photos du site d’atterrissage afin de déterminer la qualité géologique du site et d’en créer un modèle en trois dimensions.
·

Le bras robotique /caméra : provient de Mars Surveyor, ce bras est capable de creuser une tranchée de 50 cm de profondeur et de prendre des échantillons pour alimenter les autres expériences. Il fait plus de 2 m de long. Une caméra miniature est montée à son extrémité avec des éclairages de différentes couleurs (RGB).
·

Le Stereo Imager (SSI) basé sur Mars Polar Lander, Pathfinder et les rovers va prendre des photos stéréo du site d’atterrissage à partir d’une position de 2 m au dessus du sol. Une douzaine de filtres permettront l’imagerie dans toutes les longueurs d’onde. Tournée vers le ciel on pourra aussi étudier les nuages et la nébulosité.
·

La station météorologique MET (Meteorological Station) de fabrication canadienne est aussi équipée d’un radar LIDAR (radar à émission Laser dans l’IR) permettant d’étudier les nuages, la quantité de poussières dans l’atmosphère et les aérosols. Première station météo permanent du Pôle Nord martien.
·

Un spectromètre très particulier couplé à un four : le TEGA (Thermal and Evolved Gas Analyser) qui a pour but d’analyser les échantillons de sol (et de glace) prélevés par le bras manipulateur. Il est similaire à celui développé pour le MPL et s’inspire aussi de qui se trouvait à bord des Vikings.

Il comporte 8 fours portant les échantillons (de l’ordre de 100mg) à 1000°C ; il est alimenté uniquement par des panneaux solaires. Les substances volatiles sont ensuite analysées par le spectro. Il est développé par les Universités de l’Arizona (UA) et de Texas-Dallas.

· Le laboratoire MECA (Microscopy, Electrochemistry, and Conductivity Analyzer) provenant du MS et développé par le JPL va analyser les différentes propriétés du sol ;

il s’articule autour de trois appareils :

un laboratoire chimique en charge de la mesure du pH de la salinité, des concentrations en O2 et CO2 , on devrait aussi essayer de détecter des carbonates ;

deux microscopes, l’un standard avec différents éclairages, l’autre un microscope très spécial, appelé FAMARS (Atomic Force Microscope) de nos amis Suisses de Neufchâtel, microscope littéralement à force atomique, il doit en fait « toucher » avec des pointes l’échantillon et mettra au jour des particules aussi fines que 10nm, on pourra ainsi avoir une image 3D de l’échantillon ;

et le dernier instrument du lot, est une sonde mesurant la conductivité thermique du sol.

Souhaitons bon vol à ce Phoenix, on en reparlera!

source;

http://www.planetastronomy.com/astronews/astrn-2007/17/astronews-net-19jul07.htm#PHOENIX

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Les missions martiennes » PHOENIX : AU DELÀ DE LA LÉGENDE!
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003