FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
La mission Phoenix
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Les missions martiennes » La mission Phoenix
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Sam 04 Aoû 2007 12:40 pm    Sujet du message: La mission Phoenix
Répondre en citant

SAlut a tous

Si les conditions météorologiques sont favorables, la NASA devrait autoriser le lancement du lander Phoenix, la nouvelle mission martienne de la NASA.

Le lanceur utilisé est une Delta II de Boeing opérée par United Launch Alliance. Le décollage de la fusée est prévue ce samedi matin à 11h26, heure de Lyon. Arrow



L'arrivée sur la planète Mars est prévue le 25 mai 2008, après un voyage de quelque 679 millions de kilomètres. la mission est prévue pour durée au moins 90 sols martiens (92 jours terrestres).

Phoenix est un lander qui se posera à proximité de la calotte polaire Nord, dans la région de Vastitas Borealis où de vastes stocks de glace ont été détectés juste au-dessous de la surface (68° de latitude nord et 233 ° de longitude est) . Il s'agit d'une plaine, apparemment dépourvue de blocs rocheux (ce que souhaite la NASA pour un atterrissage sans problème) et dont la température avoisine les -100 °C (fourchette comprise entre -73° à - 33° Celsius).

Cette mission s'inscrit dans la stratégie de la NASA qui vise à faire de l'eau l'élément central de l'exploration robotique de Mars (following water). Cette mission se différencie et complète celle des 2 rovers MER qui sont encore en activité sur Mars. Spirit et Opportunity étudient également le passé aquatique de l'eau mais en explorant les roches, les cratères, les monticules de matières rocheuses et autres petites collines autres autour de leur site d'atterrissage.

Phoenix abordera l'eau sous un angle complètement différent. En ne bougeant pas de sa position d'atterrissage, il tentera pour la première fois de toucher et d'analyser l'eau de Mars sous forme de glace que l'on pense présente sous la surface du site d'atterrissage.

Pour cela, Phoenix utilisera la suite d'instruments la plus avancés jamais posés sur Mars qui doit lui permettre de déterminer si cette eau est (ou a été) propice au développement d'une forme de vie primitive sous la forme de microbes en déterminant le potentiel d'habitabilité du sol du pôle nord martien, c'est à dire son aptitude à conserver des formes de vie fossiles, ou à héberger des microorganismes dormants, qui n'attendraient qu'un dégel pour se réveiller (par exemple lors du basculement des pôles vers le soleil).

Partant de là, Phoenix devrait déterminer sa composition chimique, ses propriétés physiques, et essayer de nous dire quelque chose à propos de l'histoire de l'eau sur Mars ce qui doit nous permettre de mieux comprendre comment l'eau liquide a modifié la chimie du sol.

Mais ce que les scientifiques attendent le plus de Phoenix, c'est la détection de composés organiques complexes sans que l'on soit par la suite capable de dire s'il s'agit d'ADN ou de protéines.

source;

http://www.flashespace.com/html/aout07/04_08.htm

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Dim 05 Aoû 2007 12:53 pm    Sujet du message: Les instruments de Phoenix
Répondre en citant

SAlut a tous

Pour mener à bien sa mission, Phoenix dispose d'une batterie d'instruments, soit hérités des mission Mars Polar Lander (caméra SSI, four TEGA et caméra de descente MARDI) et Mars Surveyor 2001 (bras robotique, laboratoire MECA), soit développés spécifiquement pour la mission (comme la station météorologique ou le spectromètre à neutrons).

Bras robotique / caméra

Phoenix sera doté d'un bras robotique sophistiqué. Tel un bulldozer miniature, il sera capable de creuser une tranchée de 50 centimètres de profondeur environ et de collecter des échantillons pour d'autres instruments comme le four TEGA et le laboratoire de chimie MECA.

D'une longueur de 2,35 mètres, ce bras offrira quatre degrés de liberté, et pourra exercer une force de 80 Newtons. Une petite pelle est fixée à son extrémité.

Une caméra miniature est également montée à l'extrémité du bras robotique. Une multitude de petites LEDS de couleurs permettront de prendre des images avec un éclairage rouge, bleu ou vert, la lentille étant protégée de la poussière pour un cache transparent amovible.

Cette caméra réalisera des images des échantillons collectées par la pelle, du sol, et des parois des tranchées creusées par le bras. Elle pourra aussi être déplacée à proximité d'éventuelles roches pour examiner leur texture.

Caméra de descente MARDI (Mars Descent Imager)

L'instrument MARDI est une caméra dont l'objectif est d'acquérir des images grand angle et en couleurs du site d'atterrissage lors de la descente vers la surface martienne, un peu comme la caméra DIMES des rovers Spirit et Opportunity.

MARDI entrera en fonctionnement juste après l'éjection du bouclier thermique, et prendra 20 images de la région située en dessous d'elle. Grâce à ces données, les scientifiques seront à même de caractériser géologiquement le site d'atterrissage et de construire un modèle numérique en 3D l'endroit ou Phoenix travaillera.

SSI (Stereo Imager)

L'instrument SSI va constituer les yeux de l'atterrisseur. Héritée des sondes Mars Pathfinder et Mars Polar Lander, mais améliorée grâce à des capteurs haute résolution similaires à ceux des rovers américains Spirit et Opportunity, la caméra SSI pourra prendre des images stéréoscopiques en couleurs du site d'atterrissage, pratiquement à hauteur d'homme (2 mètres au-dessus de la surface martienne).

Des roues à filtres permettront à la caméra d'observer dans 12 longueurs d'ondes différentes (du violet au proche infrarouge) le sol, le ciel et le soleil.

Les panoramas réalisés permettront de caractériser la géologie du site d'atterrissage, d'identifier les minéraux des roches et du sol, et de réaliser des cartes permettant de définir les déplacements du bras robotique.

En se tournant vers le ciel, la caméra pourra étudier les nuages ainsi que la poussière en suspension dans l'atmosphère martienne (en jaugeant l'atténuation de la lumière du soleil par les particules de poussière).

MET (Meteorological Station)

L'ensemble météorologique, fourni par le Canada, comprend des capteurs de pression et de température, ainsi qu'un LIDAR, un instrument similaire à un radar mais utilisant des brèves émissions de lumière laser en lieu et place de pulses d'ondes radio.

Ce sera la première fois qu'une station météorologique renverra des données depuis la région polaire nord de Mars.

La majorité des capteurs de température seront montés sur un mat de 1,2 mètres de hauteur.

Les capteurs de pression seront quant à eux logés à l'intérieur de l'atterrisseur. Le package météorologique recueillera également les données provenant des thermocouples rivetés sur le bras robotique.

Le LIDAR se trouvera au dessus du corps de l'atterrisseur et servira à étudier les aérosols atmosphériques ainsi que les nuages de glace. Son fonctionnement est un peu similaire à celui du radar. Il émet des pulses d'énergie et détecte leur écho lorsqu'elles sont réfléchies par différents obstacles.

Contrairement au radar, le LIDAR n'émet pas d'ondes radio, mais des pulses de lumière laser (2500 pulses de lumière dans le proche infrarouge chaque seconde).

Une diode laser enverra des flashs lumineux dont le retour sera chronométré de manière à localiser et à caractériser les nuages de glace et la poussière dans l'atmosphère martienne sur une courte distance (2 à 3 kilomètres).

L'objectif principal de cet instrument est de déterminer la quantité de poussière en suspension dans l'atmosphère au dessus du site d'atterrissage.

TEGA (Thermal and Evolved Gas Analyzer)

Cet instrument original, qui combine des petits fours et un spectromètre de masse, aura pour tâche d'analyser les échantillons de sol et de glace collectés par le bras robotique.

Le TEGA de Phoenix est similaire à l'appareil du même nom embarqué sur la sonde Mars Polar Lander, et se livrera aux premières recherches de composés organiques depuis les sondes Viking en 1976.

Le bras robotique commencera par creuser une petite tranchée de quelques centimètres dans le sol. Un échantillon sera prélevé, photographié par la caméra du bras robotique puis déposé dans l'un des 8 fours du TEGA (leur taille est approximativement celle d'une petite cartouche d'encre).

Une diode LED servira à confirmer qu'un échantillon de sol a bien été délivré. L'échantillon sera alors porté à très haute température (environ 1000°C), et ce de manière progressive.

Bien qu'alimenté uniquement par des panneaux solaires, le TEGA pourra atteindre une telle température, car la masse de l'échantillon à chauffer sera très faible (100 milligrammes environ).

Lors du chauffage progressif, le sol va libérer de l'eau et du CO2, ainsi que diverses substances volatiles emprisonnées dans différents minéraux.

L'identification des substances volatiles s'effectuera grâce à un spectromètre de masse très sensible, qui pourra mesurer précisément la masse (et donc la nature), ainsi que la concentration des substances libérées au cours du chauffage. Une fois utilisé, un four ne pourra plus servir.

Le TEGA devrait aussi jouer le rôle d'un calorimètre, étant donné que l'énergie à fournir pour porter les fours à une certaine température sera contrôlée. En tout et pour tout, le TEGA pourra donc analyser 8 échantillons de sol.

MECA (Microscopy, Electrochemistry, and Conductivity Analyzer)

L'expérience MECA est un véritable petit laboratoire destiné à analyser de nombreuses propriétés du sol martien. Elle s'organise autour de trois instruments :

Un petit laboratoire humide, qui devra mesurer de nombreuses propriétés du sol, comme le pH, le potentiel d'oxydoréduction, la salinité (magnésium, sodium, chlore, brome et sulfates), l'acidité ou l'alcalinité, ou encore les concentrations en oxygène et dioxyde de carbone.

Le laboratoire comprend quatre petits béchers ou auront lieu les mesures.

Après qu'un échantillon de sol ait été collecté par le bras robotique et déversé dans le bécher, ce dernier est mélangé à une solution, puis agité, et ce durant une journée environ.

Des électrodes mesureront la présence et la concentration de différents solutés. L'expérience se termine avec l'ajout de deux pastilles réactives.

La première pastille libérera de l'acide pour détecter d'éventuels carbonates et mesurer des espèces uniquement solubles en milieu acide. La seconde pastille doit permettre de détecter des sulfates et des molécules oxydantes.

Le second instrument est un ensemble de deux microscopes, qui devront étudier les particules de sol à différents grossissements.

Le premier microscope, un microscope optique comme il en existe dans toutes les salles de TP, possèdera une résolution de 4 microns par pixel.

Des diodes électroluminescentes colorées (rouge, verte, bleue et ultraviolet) éclaireront les échantillons, ce qui permettra de faire ressortir les différents constituants du sol (particules minérales, glace d'eau, etc).

Le second microscope est autrement plus impressionnant que le premier. Il porte le nom quelque peu grandiose de microscope à force atomique.

Contrairement aux microscopes optiques ou électroniques, un microscope à force atomique n'étudie pas la matière en la voyant, mais plutôt en la touchant. Le principe d'un microscope à force atomique est assez simple :

l'appareil utilise un capteur extrêmement petit (que les spécialistes appellent des pointes) pour sentir la surface d'un échantillon et en construire une représentation en 3D très précise.

Baptisé FAMARS, ce microscope à force atomique permettra d'étudier le sol à l'échelle nanométrique, et pourra observer des particules aussi petites que 10 nm.

L'instrument comportera 8 petits pointes attachés à des leviers très flexibles. Si un capteur est contaminé ou endommagé durant la mesure, un autre prendra sa place. Lorsque les 8 capteurs auront été utilisés, le microscope à force atomique ne pourra plus fonctionner.

FAMARS sera le premier microscope à force atomique jamais envoyé sur Mars.

Avant d'être examinés par les microscopes optiques et à force atomique, les échantillons collectés par le bras robotique seront déposés sur un porte échantillon d'un genre particulier :

une roue mobile portant 69 substrats différents, depuis des aimants jusqu'à des plaques collantes, des plaquettes pour déterminer la dureté, des fragments de tissus et de métaux, etc. Ce système permettra de générer différentes interactions entre les particules de sol et les substrats.

Le dernier instrument du package MECA est une sonde permettant d'étudier la conductivité thermique et électrique du sol. Celle-ci sera fixée sur la pelle du bras robotique et sera enfoncé dans la tranchée creusée par le bras robotique.

L'expérimentation MECA était auparavant monté sur la sonde Mars Surveyor 2001. L'un des objectifs de cette mission était de préparer la venue de l'homme sur Mars, en déterminant les dangers potentiels de la surface martienne.

Le package MECA devait notamment servir à caractériser la poussière, identifier les interactions indésirables avec les hommes et les systèmes électroniques (adhésion, abrasion, corrosion, toxicité, obstruction, radiations, courts-circuits) et permettre le design des systèmes d'habitations et des combinaisons spatiales pour les sorties extra-véhiculaires (EVA).

Il n'est par certain que ces objectifs, décrits en détails ici, soient encore d'actualité, et ce malgré le projet d'exploration spatiale du président George Bush visant un retour sur la Lune et une exploration humaine de la planète rouge.

Le seul objectif lié aux missions habitées semble être l'étude de la teneur en eau du sol par spectrométrie à neutrons, qui pourrait alors être extraite et utilisée par l'équipage.

© P. Labrot & flashespace



Shot at 2007-08-05


Les instruments de Phoenix

Crédit NASA

source;

http://www.flashespace.com/html/aout07/05a_08.htm

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Les missions martiennes » La mission Phoenix
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003