FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Première molécule organique sur une exoplanète
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » L'Exobiologie » Première molécule organique sur une exoplanète
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11025
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Mer 19 Mar 2008 10:47 pm    Sujet du message: Première molécule organique sur une exoplanète
Répondre en citant

SAlut a tous

Le télescope spatial Hubble a fait la première détection à ce jour d'une molécule organique dans l'atmosphère d'une planète de la taille de Jupiter satellisant une autre étoile.

Cette percée est une étape importante dans l'identification éventuelle des signes de vie sur une planète en dehors de notre Système solaire.

La molécule trouvée par Hubble est du méthane, qui dans les bonnes circonstances peut jouer un rôle majeur dans la chimie prébiotique --

les réactions chimiques considérées nécessaires pour former la vie comme nous la connaissons. Arrow


Vue d'artiste - Crédit : NASA, ESA, and G. Bacon (STScI)

Cette découverte montre que Hubble et les prochaines missions spatiales, telles que le James Webb Space Telescope, peuvent détecter des molécules organiques sur des planètes autour d'autres étoiles en employant la spectroscopie, qui décomposent la lumière pour révéler les traces de divers produits chimiques.

"C'est un tremplin crucial pour caractériser par la suite les molécules prébiotiques sur des planètes où la vie pourrait exister," commente Mark Swain du JPL (Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Californie) de la NASA, qui a dirigé l'équipe qui a fait la découverte.

Swain est l'auteur principal d'un papier qui paraîtra dans l'édition du 20 Mars de Nature.

La découverte vient après des observations approfondies faites en Mai 2007 avec l'instrument NICMOS (Near Infrared Camera and Multi-Object Spectrometer) de Hubble.

Elle confirme également l'existence de molécules d'eau dans l'atmosphère de la planète, une découverte faite à l'origine par le télescope spatial Spitzer en 2007.

"Avec cette observation il n'y a aucune question s'il y a de l'eau ou pas — l'eau est présente," ajoute Swain.

La planète maintenant connue pour avoir du méthane et de l'eau est située à 63 années-lumière dans la constellation du Petit Renard (Vulpecula). Appelée HD 189733b, la planète est si massive et si chaude qu'elle est considérée comme n'hébergeant probablement pas la vie.

HD 189733b, une "Hot Jupiter", est si proche de son étoile parent qu'il lui faut juste un peu plus de deux jours pour compléter une orbite.

Ces objets sont de la taille de Jupiter mais orbitent plus près de leur étoile que la minuscule et plus intérieure planète Mercure dans notre Système solaire.

L'atmosphère de HD 189733b atteint 1.700 degrés d Fahrenheit, environ la même température que le point de fusion de l'argent.

Bien que la planète qui étreint son étoile soit trop chaude pour la vie comme nous la connaissons, "cette observation est la preuve que la spectroscopie peut finalement être faite sur une planète plus froide et potentiellement habitable satellitant une étoile plus faible de type naine rouge," commente Swain.

Le but final des études comme celle-ci est d'identifier les molécules prébiotiques dans les atmosphères des planètes dans les "zones habitables" autour d'autres étoiles, où les températures sont bonnes pour que l'eau reste liquide plutôt que gelée ou s'évapore au loin.

Les observations ont été faites lorsque la planète HD 189733b est passée devant son étoile parent dans ce que les astronomes appellent un transit.

Pendant que la lumière de l'étoile passait brièvement à travers l'atmosphère le long du bord de la planète, les gaz dans l'atmosphère ont imprimé leurs signatures uniques sur la lumière de l'étoile HD 189733.

Les astronomes ont été étonnés de constater que la planète a plus de méthane que prévu par les modèles conventionnels pour des "Hot Jupiters".

"Ceci indique que nous ne comprenons pas encore vraiment les atmosphères des exoplanètes," note Swain.

"Ces mesures sont une étape importante pour notre but final de détermination des conditions, telles que la température, la pression, les vents, les nuages, etc., et la chimie sur des planètes où la vie pourrait exister.

La spectroscopie infrarouge est vraiment la clef pour ces études parce qu'elle est mieux assortie pour détecter des molécules," ajoute Swain.

Les co-auteurs de Swain sur l'article incluent Gautam Vasisht (JPL) et Giovanna Tinetti (University College, London/European Space Agency).

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2008/11/full/


Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

http://pagesperso-orange.fr/pgj/0308-nouvelles.htm#Clarke

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » L'Exobiologie » Première molécule organique sur une exoplanète
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2020 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003