FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Rejoindre Mercure : un défi technique !
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Astronautique » Rejoindre Mercure : un défi technique !
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11025
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Mar 15 Jan 2008 11:18 pm    Sujet du message: Rejoindre Mercure : un défi technique !
Répondre en citant

SAlut a tous

Le survol réussi de Messenger au-dessus de Mercure ne doit pas faire oublier qu'atteindre Mercure est techniquement bien plus difficile que de rejoindre Mars ou Vénus et que les objectifs de la mission qui prévoient,

entre autre, une cartographie assez complète et une étude de la planète dans son ensemble nécessitent que la sonde passe, par moment, entre le Soleil et la surface éclairée de la planète portée à plus de 400 degrés !



Messenger versus Mariner 10

Aujourd'hui, la NASA a de nouveau rejoint Mercure pour une mission bien plus ambitieuse que celle de Mariner 10 qui, rappelons-le était une petite sonde de quelque 500 kg dont les objectifs initiaux étaient l'étude de l'atmosphère de Vénus.

Après avoir frôlé Vénus, Mariner 10 a survolé plusieurs fois la planète Mercure grâce à une légère modification de son programme pour que le survol de Vénus devienne aussi une manoeuvre d'assistance gravitationnelle.

A l'époque c'était une grande première qui n'a peut-être pas eu, auprès du public, le retentissement qu'elle méritait. Mariner 10, lancée à pleine vitesse, a pris plusieurs centaines d'images, inégalées à ce jour, mais elle n'a fait que passer.

Ce qui ne sera pas le cas de Messenger qui tournera autour de la planète pendant au moins 12 mois.

Avec Messenger, la NASA envoie autour de Mercure une suite d'instruments spécifiques à son étude.

Logiquement la sonde est bien plus lourde que Mariner 10, 1100 kg contre 500 kg.

En cause, le combustible nécessaire à sa mise en orbite autour de Mercure et non pas les instruments comme on pourrait le penser. La miniaturisation des composants est passée par-là !

Planète la plus proche du Soleil, Mercure évolue dans un environnement thermique très différent de celui de Mars, par exemple. Cela a posé un défi aux ingénieurs chargés du contrôle thermique du satellite.

Les températures attendues au voisinage de l'engin spatial seront extrêmes.

A cette distance, le Soleil est 11 fois plus lumineux que depuis la Terre. Sur Mercure, la température de surface peut monter jusqu'à plus de 400 ° C et redescendre, la nuit à - 170 °C ce qui fait une grande amplitude thermique. Messenger a été conçu en conséquence.

Il est équipé d'un grand bouclier solaire et recouvert d'une protection en céramique, conçue pour résister à ces températures très élevées.

Autre défi, le voyage vers Mercure

Messenger fait partie des missions à bas coût de la NASA (programme Discovery) ce qui signifie qu'il a prévoir un scénario multipliant les manoeuvres d'assistance gravitationnelle autour de la Terre, de Vénus et de Mercure.

Cela bien évidemment rallonge les kilomètres à parcourir, mais ça fournit 'gratuitement' l'énergie nécessaire à la sonde. Ces survols planétaires ont pour but de fournir l'incrément de vitesse nécessaire à la sonde.

Cependant, les périodes orbitales de Mercure, Vénus et la Terre sont de 2,5 mois, 7,4 mois, et 12 mois. Cela signifie que la synchronisation de ces survols n'a pas été chose simple.

Après un lancement en 2004, le survol de la Terre et 2 de Vénus ont fourni à la sonde l'incrément de vitesse lui permettant d'atteindre l'orbite de Mercure en janvier 2008.

En raison de la vitesse d'arrivée de la sonde bien trop rapide pour une insertion orbitale immédiate, la NASA a prévu pas moins de 3 survols au-dessus de Mercure pour la freiner.

Le premier de ces survols vient de s'achever avec le succès que l'on sait. Les 2 autres sont prévus en en octobre 2008 et septembre 2009 avant que la sonde se mette en orbite en mars 2011.

BepiColombo

Notez que BepiColombo, la mission mercurienne de l'Agence spatiale européenne en coopération avec la JAXA à une approche aussi tarabiscoté dans son voyage vers Mercure qui nécessitera 5 assistances gravitationnelles autour de la Terre, Vénus, par 2 fois et Mercure également 2 survols.

Après un lancement par une Ariane 5 en 2013 et un passage autour de la Lune, BepiColombo mettra 6 années pour s'insérer en orbite autour de Mercure pour une mission d'au moins une année.

Note

La mission Messenger est un projet mené en coopération par la NASA et le Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory (JHU/APL) et sera gérée par le Laboratoire Johns Hopkins pour le compte de la NASA.

la source ;

http://www.flashespace.com/html/jan08/15_01.htm

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Astronautique » Rejoindre Mercure : un défi technique !
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2020 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003