FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Un quasar surpris au moment où il donne naissance à une gala
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Astrophysique » Un quasar surpris au moment où il donne naissance à une gala
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Mar 01 Déc 2009 11:18 pm    Sujet du message: Un quasar surpris au moment où il donne naissance à une gala
Répondre en citant

Salut à tous

La majeure partie des grandes galaxies de l'Univers possède un trou noir supermassif en leur centre.

Mais qui vient en premier ?

Le trou noir ou la galaxie qui l'héberge ?

Grâce aux observations menées avec la caméra VISIR (1) installée sur le Very Large Telescope de l'ESO, une équipe internationale (2) vient de proposer un nouveau scénario:

les trous noirs pourraient "construire" la galaxie qui les héberge.

Ce résultat est publié dans Astronomy and Astrophysics du 30 novembre 2009.

" La question de savoir qui vient en premier de l'œuf et de la poule, de la galaxie ou de son trou noir central,

est l'une des plus débattues en astrophysique actuellement", estime l'auteur principal de la publication, David Elbaz, du Laboratoire d'astrophysique des interactions multi-échelles .

"Notre étude suggère que les trous noirs supermassifs peuvent provoquer de véritables flambées de formation d'étoiles, voire la naissance de galaxies entières.

Ce lien permettrait en outre de comprendre pourquoi les galaxies abritant les trous noirs les plus massifs sont aussi celles qui ont le plus d'étoiles".

C'est en observant attentivement un objet très particulier, le quasar HE0450-2958 qui est à 5 milliards d'années-lumière de nous, que les équipes sont parvenues à ces conclusions.

A ce jour , aucune galaxie hôte n'a été détectée autour de ce quasar (3), aussi l'a-t-on surnommé "le quasar nu".

Pensant que la galaxie hôte pouvait se cacher derrière une grande quantité de poussières, les astrophysiciens ont utilisé la caméra en infrarouge moyen VISIR, qui équipe le VLT de l'ESO.

Ce qu'ils ont observé est finalement bien éloigné de l'hypothèse initiale, mais bien plus surprenant: aucun nuage de poussière n'a pu être détecté.

En revanche, ils ont découvert que la galaxie la plus proche du quasar produisait des étoiles à un rythme effréné. Arrow

Image de la région du quasar HE0450-2958 située à environ 3,2 milliards d'année-lumière de la Terre (La Terre, foyer de l'humanité, est surnommée la planète bleue. C'est la troisième planète du système solaire en partant...).
A gauche, l'image en lumière visible (La lumière visible, appelée aussi spectre visible ou spectre optique est la partie du spectre électromagnétique qui est...) obtenue par la caméra ACS du télescope spatial Hubble (Le télescope spatial (L'utilisation d'un télescope sur Terre est limitée par les turbulences de l'atmosphère, qui dégradent considérablement...) Hubble (Le télescope spatial Hubble (en anglais, Hubble Space Telescope ou HST) est un télescope en orbite à environ 600...) (en anglais, Hubble Space Telescope ou HST) est un télescope en orbite à environ 600...) ne révèle
aucune trace de galaxie autour du quasar mais une galaxie compagnon très proche.
A droite, les contours, délimitant l'intensité de la lumière infrarouge (à 8.9 microns)
mesurée par la caméra VISIR au foyer du télescope VLT (Chili), sont superposés sur l'image visible.
L'émission infrarouge importante de la galaxie compagnon, située dans la direction du jet du quasar,
est le signe d'une formation d'étoiles importante induite par le quasar.
Crédit: © CEA/SAp

Alors qu'aucune trace d'étoiles n'apparaît dans le voisinage immédiat du quasar, cette galaxie "compagnon" est extrêmement riche en étoiles très jeunes et lumineuses:

au sein de celle-ci, les étoiles se forment à un taux de près de 350 masses solaires par an, soit à un rythme cent fois supérieur à celui que l'on trouve dans une galaxie typique de l'Univers local.

Les astrophysiciens ont en outre mis en évidence un pont de matière entre le quasar et sa galaxie compagnon: la matière semble s'écouler depuis le trou noir du quasar vers cette dernière à très grande vitesse (4).

L'injection de cette matière dans la galaxie suggère que c'est le quasar lui-même qui provoque cette flambée de formation d'étoiles.

Dans un tel scénario, la galaxie aurait évolué à partir d'un nuage de gaz heurté par le jet énergétique émergeant du quasar. Arrow

Dessin d'artiste représentant l'émission de jets depuis le quasar
et l'interaction de l'un de ces jets avec le "nuage moléculaire (En astronomie, les nuages moléculaires sont des nébuleuses interstellaires qui ont une densité et une taille suffisante...)".
Crédit: © ESO/L. Calçada.

"Le "quasar nu" et sa galaxie compagnon sont destinés à fusionner dans le futur", explique David Elbaz:

"le quasar ne se déplace qu'à une dizaine de milliers de km/heure par rapport à la galaxie et les deux objets ne sont séparés que par 22 000 années-lumière.

Que le quasar soit "nu" ou non, il finira bien par être vêtu quand il fusionnera avec la galaxie compagnon dont il aura largement contribué à former les étoiles".

Ces observations permettent de modifier la compréhension de ce type de système et d'élaborer un nouveau paradigme.

Peut-être tient-on là le chaînon manquant permettant de comprendre pourquoi la masse des trous noirs est plus grande dans les galaxies qui contiennent le plus grand nombre d'étoiles(5).

Mais d'où vient la puissance du moteur qui nourrit le trou noir supermassif ?

L'équipe a exploré une explication nouvelle qui demandera confirmation: le trou noir pourrait être alimenté en matière par des filaments de gaz intergalactiques.

Désormais les astrophysiciens vont s'atteler à chercher des objets similaires dans d'autres systèmes.

Les générations futures d'instruments comme le James Webb Space Telescope, de la NASA/ESA, auquel participe le CEA-Irfu et des équipes INSU-CNRS, ou encore l'interféromètre international millimétrique/submillimétrique ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) et l'E-ELT (European Extremely Large Telescope, ESO) dans lesquels de nombreuses équipes INSU-CNRS sont impliqués, permettront d'étudier de tels objets beaucoup plus éloignés et avec beaucoup plus de précision , afin de révéler le lien qui pourrait exister entre la formation des trous noirs supermassifs et la formation des galaxies dans l'Univers lointain.

Notes:

[1] La caméra VISIR a été réalisée par le CEA/Irfu (Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers), le Katpten Institute (Pays-Bas), ASTRON (Pays-Bas) et l'ESO.

[2] Font partie de cette équipe:
D. Elbaz, E. Pantin, Laboratoire d'astrophysique des interactions multi-échelles, (CEA/DSM-CNRS-Université Paris Diderot);
K. Jahnke, Max-Planck-Institut für Astronomie, Allemagne;
D. Le Borgne, Institut d'Astrophysique de Paris, (CNRS, Université Pierre et Marie Curie);
G. Letawe, Institut d'Astrophysique et Géophysique, Université de Liège, Belgique.

[3] Le terme "Quasar" pour "Quasi-star" (appelés aussi "QSO" pour "Quasi-Stellar Objects") désigne un noyau de galaxie formé par un trou noir supermassif.

[4] Cette partie d'étude repose des observations obtenues avec VISIR, des spectres provenant de l'instrument FORS du VLT,

des images du télescope spatial de la NASA/ESA et des observations radio avec l'Australia Telescope National Facility (ATCA).

[5] La plupart des galaxies de l'Univers local contiennent en leurs centres un trou noir supermassif ayant une masse à peu près égale au 700e de la masse de son bulbe stellaire.

L'origine de cette relation entre masse de trou noir et masse d'étoiles représente un sujets très débattus en astrophysique aujourd'hui.

Source: CNRS / INSU
http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=7268

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Glenn
Chroniqueur


Inscrit le: 06 Fév 2008
Messages: 496
Localisation: ste-sulpice

 Message Posté le: Lun 07 Déc 2009 9:28 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonsoir

ça doit etre certain le trou noir qui apparait en premier et ensuite la gravitation fait son boulot Wink
_________________
jamais trop tard pour bien faire !
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
b1a2s3a4l5t6e7
Moderateur en chef


Inscrit le: 22 Jan 2007
Messages: 3039
Localisation: Québec,(Québec),Canada

 Message Posté le: Mer 09 Déc 2009 7:23 pm    Sujet du message: Un quasar surpris au moment ou il donne naissance a une gala
Répondre en citant

Citation:

... un pont de matire entre le quasar et la galaxie..

... un jet dematiere ...

Salut, c'est vraiment un super jet de matire pour que celui-ci soit considerer comme un pont de matire entre ce quasar et sa galaxie voisine.
Oui qu'est-ce qui peut bien nourrir ce quasar pour qu'il puisse emettre un tel jet Question
_________________
Merci de votre attention et de votre intérêt
Pierre Jones-Savard
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Astrophysique » Un quasar surpris au moment où il donne naissance à une gala
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2020 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003