FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Vers des piles à hydrogène moins coûteuses
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum » Technologies et inventions, nouvelles idées.... » Vers des piles à hydrogène moins coûteuses
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
André
administrateur


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 11024
Localisation: Montreal 45.500°N, 73.580°W

 Message Posté le: Sam 19 Déc 2009 11:34 pm    Sujet du message: Vers des piles à hydrogène moins coûteuses
Répondre en citant

SAlut à tous

Fabriquer ou utiliser l’hydrogène sans platine est un enjeu important pour cette filière nouvelle.

Des chercheurs français ont réussi à mettre au point un catalyseur sans platine, alternative prometteuse pour les piles à combustible. Arrow

Image au microscope à balayage électronique de la surface de l’électrode. Le matériau est constitué d’enchevêtrements de fibres formées à partir de nanotubes de carbone. (V.Artero/CEA/Science)

Parmi les obstacles qui ralentissent –ou bloquent- l’avancée de la voiture à hydrogène, il y a le coût élevé de la fabrication des piles à combustibles.

Ces piles utilisent du platine, métal aussi rare et cher que l’or, pour accélérer la réaction chimique (la catalyse) qui permet de produire de l’électricité à partir de l’hydrogène et de l’oxygène.

Remplacer le platine par un métal bon marché est nécessaire pour baisser le coût des catalyseurs.

Des chercheurs français se sont inspirés de la biologie pour mettre au point un matériau capable de catalyser sans platine, permettant aussi bien l’utilisation de l’hydrogène dans les piles à combustibles, que la production de l’hydrogène par électrolyse.

Des enzymes qui n’aiment pas l’oxygène

Pour cela, des chercheurs de plusieurs laboratoires du CEA, de l’Université Joseph Fourier de Grenoble et du CNRS (1) se sont inspirés des hydrogénases, des enzymes présentes dans des microorganismes, qui utilisent du fer ou du nickel pour produire l’hydrogène à partir de l’eau ou pour s’en servir comme source d’énergie.

«Présentes dans des bactéries ou des algues, ces enzymes sont issues d’une époque très lointaine où il n’avait pas d’oxygène dans l’atmosphère terrestre mais du monoxyde de carbone ou de l’hydrogène» explique Vincent Artero, du Laboratoire de chimie et biologie des métaux (Grenoble).

Mais elles sont détruites ou inhibées par l’oxygène si bien que ces micro-organismes ont trouvé refuge dans des environnements très particuliers, comme les fumeurs noirs, le long des dorsales océaniques, où l’hydrogène est abondant.

«De précédents travaux ont montré que ces enzymes immobilisées sur des électrodes sont aussi efficaces que le platine comme catalyseur», précise Vincent Artero.

Cependant les hydrogénases sont délicates à manier, sensibles à l’oxygène et difficiles à produire, ajoute le chercheur.

Son équipe a donc opté pour l’utilisation d’un catalyseur synthétique imitant les hydrogénases.

Leur structure cristallographique est connue, l’arrangement des atomes au niveau des sites où se passe la réaction catalytique aussi.

Fixées sur des nanotubes

Vincent Artero, Serge Palacin et leurs collègues ont placé ces ‘imitations’ sur des nanotubes de carbone, qui permettent de greffer un grand nombre de catalyseurs par unité de surface sur l’électrode.

Pour tester les performances technologiques de ce catalyseur à base de nickel, les chercheurs ont utilisé les moyens du Liten (1).

«Nous avons une activité dans les deux sens, production et utilisation de l’hydrogène, comme avec l’enzyme» résume Vincent Artero.

«La tension à fournir à l’électrode est quasiment la même qu’avec le platine.

La vitesse de catalyse en revanche est 10 à 100 fois plus faible qu’avec le platine».

Ces résultats prometteurs, publiés aujourd’hui dans la revue Science, doivent donc encore être améliorés, soit en augmentant la quantité de catalyseur sur l’électrode soit en améliorant la chimie du catalyseur lui-même. «Nous avons 10 à 20 ans de travail devant nous» estime Vincent Artero.

Cécile Dumas
Sciences-et-Avenir.com
04/12/09

(1) Laboratoire de chimie et biologie des métaux de Grenoble (CEA/Université Joseph Fourier); Institut rayonnement matière de Saclay; Laboratoire d’innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux (Liten, CEA).

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/technologies/20091204.OBS9678/vers_des_piles_a_hydrogene_moins_couteuses.html

amicalement
_________________
Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l' atome que de vaincre un préjugé.

Einstein, Albert,
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
b1a2s3a4l5t6e7
Moderateur en chef


Inscrit le: 22 Jan 2007
Messages: 3037
Localisation: Québec,(Québec),Canada

 Message Posté le: Dim 20 Déc 2009 2:38 pm    Sujet du message: Vers des piles a hydrogene moins couteuse
Répondre en citant

Salut, ils ont donc de 10 a 20 ans pour ameliorer leur produit de 10 a 100 fois Exclamation .
_________________
Merci de votre attention et de votre intérêt
Pierre Jones-Savard
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum » Technologies et inventions, nouvelles idées.... » Vers des piles à hydrogène moins coûteuses
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003