FAQ Connexion
Rechercher Profil
Liste des Membres Groupes d'utilisateurs
Se connecter pour vérifier ses messages privés
S'enregistrer
Le Big Bang En Requestionnement ?
Aller à la page 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Astroclick Index du Forum »  Débats scientifiques » Le Big Bang En Requestionnement ?
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Dim 14 Jan 2007 2:43 pm    Sujet du message: Le Big Bang En Requestionnement ?
Répondre en citant

Salut à toutes et à tous

Le Big Bang En Requestionnement ?

Citation:
Il ne faut pas oublier que le Big-Bang n'est qu'un modèle théorique qui est porter sur l'interprétation de l'Origine et de l'Évolution de l'Univers.

Ce modèle n'est pas du même coût, cette même réalité objective qu'il veut représenter.

L’origine de l’Univers à toujours été un véritable mystère, et depuis fort longtemps que l’homme s’intérroge à ce sujet. Depuis la plus haute antiquité que l’homme est émerveillé par la beauté extraordinaire de la voûte céleste, qu’il pouvait observer et contempler à sa guise toutes les nuits avant de s’endormire. Ce qui n’est plus le cas de nos jours, ayant obstrué le merveilleux spectacle du ciel nocturne par la pollution de notre technologie, nous privant ainsi d’une source d’inspiration et de poésie d’une extraordinaire beauté.

Ce merveilleu spectacle de la nature, à inspiré et intrigué l’homme au plus haut point, qu’il décida un beau jour de satisfaire d’avantage sa curiosité et de commencer à rechercher véritablement des réponces à ses questions. Au début la question de son origine ne se posait même pas, la philosophie, la poésie et les religions fournissaient des réponces très satisfaisantes, et le ciel était tout simplement la demeures des Dieux.

Les différentes connaissances techniques et scientifiques qui ont été acquises aux courts des derniers siècles, et plus particulièrement au court du XXèm siècle, ont mit en doute les dogmes religieux et mystiques d’autrefois sur l’origine de l’Univers.

La découverte et l’interprétation des différentes forces et interactions de la nature, ont remis en question la validitée des vieux concepts. Et désormais la manifestation et le comportement des différents phénomènes de la nature, seront analysés et interprétés de manière beaucoup plus rigoureuse, en s’appuyant sur de véritable donnée d’observation et d’investigation de la nature. La méthode scientifique était né ! (Galilé)

Données qui seront fournis entres autres, par les différentes recherches effectuées en physique des particules, en astrophysique et en cosmologie. L’avancée technologique extraordinaire qui c’est produit à la fin du XIXèm et début XXèm siècle, en est pour quelque chose et sans commune mesure dans toute l’histoire de l’humanité. Nous avons de nos jours une meilleure compréhension sur les différents mécanismes fondamentaux qui relit entre eux, certain manifestation de phénomène naturel à l’Univers. Plusieurs éléments nous permettent aujourd’hui, d’entrevoir une certaine forme de structure évolutive, pour l’Univers tout entié.

Mais plusieurs questions de grandes importances restes encores et toujours en suspends et sans réponces à ce jours, et ceci pour se prononcer de manière définitive sur la véritable question de l’origine et de l'évolution de l’Univers. Plusieurs hypothèses sont actuellement mises de l’avant pour tenter de répondre à cette question fondamentale. Voyons maintenant la plus populaire d’entre elle, l’hypothèse du Big-bang. Cette théorie n’est en fait que l’une des différentes formes possibles, que nous utilisons pour ce représenter et modèliser la naissance et l'évolution de l’Univers. Le modèle voulait à l’origine concurrencer directement la vision symbolique de la genèse biblique de l’église chrétienne et les autres cosmologies mythiques. Mais cependant elle semble plutôt la renforcée en certains points, par une simple analogie qui est portée sur les différentes étapes de la création de l’Univers.

Le Big-bang ne fait en réalité que déplacer à un autre niveau, le véritable problème des origines de l’Univers, car en fait il nous dit pas ce qu’il avait avant celui-ci (la singularité ou Dieu). Le Big-bang découle directement des principes de la relativité générale, qui sont portés sur la gravitation Universelle. La relativité nous dit que la vitesse de la lumière est une constante absolue et invariable dans tout l'Univers, et cela pour touts les référentiels d’observations ce trouvant à l'intérieur.

Ainsi pour expliquer la représentation et l’uniformité des lois physiques de la nature, et ceci à travers tout l’Univers et pour qu'elles soient exprimées partout de la même manière malgrer les distances énormes qui nous sépares du reste de l'Univers. Il devenait alors facile d’imaginer une origine commune à toute la matière-énergie qui compose l’Univers, et ceci par une formidable explosion d’énergie et de matière à partir tout simplement d'une singularité (un infinit) qui émergait directement du néant. Pourtant nous sommes encore bien loin d’avoir acquis toutes les connaissances et la compréhension nécessaire, pour vraiment connaître et même appréhender l’origine réelle de l’Univers et de son évolution subséquente.

Nous sommes qu’au tout début de la recherche et nous sortons tout juste de l’ignorance, face à l’évolution de notre espèce et de son histoire sur terre. Et ceci envers une infirme partie de l’Univers qui nous est actuellement accéssible, et à travers tout le reste qui nous es toujours encore inaccessible ou inconnu. Plusieurs découvertes en astronomie et en astrophysique, sembles bien vouloir confirmer en apparence la théorie du Big-bang. Dont la fameuse constante de Hubble découverte en 1929 (Edwing Hubble), et qui établit une relation de causalitée avec leur vitesse de récession, entre le décalage spectrale des galaxies et leurs distances qui les sépares de nous. Par la suite en 1965, il y a eu la découverte du rayonnement fossile cosmologique (micro-ondes) de 2.7 k, qui a été observé depuis dans toutes les directions de l’Univers. Ces découvertes prouvent t’elles pour autant et hors de tout doute raisonnable, l'objectivité réelle de la théorie du Big-Bang.

L’explication physique et cosmologique qu’ont nous fournis actuellement sur ces différents phénomènes galactiques, son-elle vraiment la cause physique principale de la manifestation de ces différents phénomènes observés. Pourrait-il s'agire par exemple d'un reflet ou d'un mirage, ou encore d'une forme d'illusion d'optique ou de méprise sur les réelles causes. D’autre cause naturelle qui nous sont encore inconnu, ne pourrait-elle pas éventuellement nous fournires d’autres types réponces pour expliquer ces phénomènes. Peut-il s’agir tout simplement d’une mauvaise interprétation des phénomènes observés, après tous nous sommes pas sur place pour le vérifier de manière objective.

Mais laissons parler à ce sujet Geoffrey Burbidge, Fred Hoyle et Jayant V. Narlikar à travers leur article publier dans la revu la recherche en avril 1998,
Citation:
en voici un petit extrait :

"Le fond de rayonnement fossile, dont les tenants du Big-bang font un des piliers de leur théorie, a pour l’essentiel une longueur d’onde voisine d’un millimètre. Ce n’est cependant pas le rayonnement de fond cosmologique invisible à l’œil. Il existe un fond d’ondes radio plus longues.

Il y a un rayonnement infrarouge, un rayonnement X et un fond de lumière stellaire. Personne n’affirme que ces autres rayonnement proviennent de l’origine de l’Univers.

On considère qu’ils ont leur source dans des objets astronomique bien définis. Mais pour des raisons historiques, il en va différemment des micro-ondes. Elles seules sont censées être la signature du Big-bang.

Pourtant, si l’on calcule la quantité totale d’hélium dont on connaît la présence dans la matière visible, l’énergie libérée sous forme de rayonnement par la production de cet hélium à partir de l’hydrogène est exactement celle nécessaire pour produire le fond micro-ondes.

Cette correspondance suggère fortement que le rayonnement micro-ondes est tout simplement de la lumière stellaire dégradée. La raison pour laquelle ce rayonnement est si homogène est que la lumière stellaire se répand uniformément à travers d’immenses distances dans les phases d’expansion de notre région de l’Univers.

La lumière stellaire est ensuite absorbée puis de nouveau rayonnée sous forme de micro-ondes par les particules intergalactique lors des phases de plus grande contraction des oscillations. On retrouve ainsi précisément la température bien connue de 2,73 kelvins. Le rayonnement micro-ondes n’est nullement expliqué par la théorie standard. Il est introduit arbitrairement dans les conditions de départ. Le fait que sa température soit de 2,73 kelvins n’avait rien d’inéluctable, elle aurait pu être différente.

Si les observations avaient donné 10 kelvins, c’est cette température qui aurait été prise en compte par la théorie.

FIN DE L’ARTICLE".



D’autres arguments sont égalements en faveur d’un Univers quasi-stationnaire, comme les Quasars. Ils s'agis d’objets extragalactiques d’aspect ponctuel situé aux confins de l’Univers, et à plusieurs milliards d’années-lumière de nous. Ils sont tous probablement les objets les plus vieux de l’Univers. Ils sont caractérisés par un fort décalage spectral vers le rouge et par de très forte émission électromagnétique (ici l'effet Creil pourrait expliquer cela), qui sont aussi puissante qu’une galaxie tout entière, d’où leur non de quasi-stellar-object.

Le télescope spatial Hubble nous montre plusieurs clichés de ses objets extragalactiques, comme étant en réalités la manifestation de la collision entre galaxie à noyau plus actif que la normale, accompagnée d’une très grande flambée d’étoiles qui semble résulter directement de la collision, d’où leur forte puissance en rayonnement électromagnétique. Dans ces conditions, ces objets ne seraient plus les objets les plus vieux et les plus éloignés de l’Univers. Mais belle et bien d’un phénomène qui résulte purement et simplement d'interaction gravitationnelle entre galaxies, déjà constituées d’étoiles jeunes et veilles, entremêler de poussière intergalactique de toutes sortes.

Les observations de l’Univers effectuées par le Télescope spatial Hubble, repousse d’ailleurs de plus en plus loin les frontières de l’Univers connu à ce jour, et il découvre toujours des galaxies fortements éloignées et toujours formées d’étoiles de toutes les générations, ce qui repousse de plus en plus loin l’origine véritable de l’Univers (13,7 milliards d'années selon le modèle standard du Big Bang).

Nous sommes situés dans une région de l’Univers très vaste et peuplé d’innombrables galaxies, de nuage d’hydrogène et de poussière, d’amas globulaire, d’étoiles, de naine brune et de planète errante de toute sorte. Et ceci sans parler des autres corps célestes qui font également partie de cet ensemble, mais qui nous sont encore totalement inconnu jusqu’à ce jour. Le tout étant inonder et baignant dans divers champs d’énergie, comme les champs magnétiques galactiques et extragalactiques, différents champs électriques, des radiations électromagnétiques de toutes sortes, du rayonnement cosmiques et de différents champs gravitationnels. L’Univers possède également une structure plus ou moins complexe ayant la forme d’une éponge, et qui résulte de l’interaction gravitationnelle locale de l’ensemble de ses constituants.

Ainsi le décalage spectral des galaxies vers le rouge (red shift), découvert par l’astronome américain Edwin Hubble en 1929, et attribuer par la suite à la fuite des galaxies et de leur éloignement progressif les unes par rapports aux autres selons leurs distances, et qui est un argument majeur dans la théorie du Big-bang. Peut très bien avoir comme origine ou comme explication, une toute autre cause naturel que celle qui est généralement attribuer à la seule vitesse d’expansion des galaxies.

Il pourrait s’agir entre autre, d’une certaine propriété physique qui est reliée à une sorte la fatigue de la lumière ou par rapport aux différentes propriétés qui sont reliés à l'énergie du vide quantique, et qui franchit alors des distances énormes à travers différentes zones de densité et d’intensité de champs magnétique et électrique. Ou encore de certain effet lié à la gravitation sur de très grande distance. Comme si la gravitation voulait à tout rpix, relentir et piéger la lumière dans son espace à géométrie courbe, et ayant pour effet de dilater ou comprimer ces différentes longueurs d’ondes à travers sa topologie variable. Nous sommes en fait, qu’au tout début de l’étude et de la compréhension de l’Univers et de ses différentes propriétés dynamiques.

Nous connaissons d’ailleurs assez mal la véritable composition de notre propre entourage galactique, alors pourqu'oi affirmer haut et fort que nous avons déjà résolut le plus grand mystère des mystères de la nature, qu'elle prétension !

La Structure Universelle Face au Big-Bang :

Le Soleil est une étoile moyenne de type spectral G5, il est situé dans la région périphérique de notre galaxie, à plus de 26 000 années-lumière de son centre. Notre galaxie est de type spiral baré, avec un diamètre de plus de 100 000 années-lumière. Elle est composée d’un noyau central très dense (le bulbe galactique), constitué essentiellement d’étoiles vieilles et de couleurs rougeâtres. Le centre de notre galaxie est visible pendant l’été dans la direction de la constellation du sagittaire, il s'agit de la Voie Lactée qui se trouve alors au zénith dans le ciel. Plusieurs bras spiraux sorte de son centre et vont se perdrent dans les profondeurs de l’espace. Notre galaxie est constituée de plus de 100 milliards d’étoiles de toutes les grosseurs et de toutes les couleurs, de nébuleuses de gaz et de poussière, de matière interstellaire et d’amas globulaire.



Les amas globulaires sont le résultat de l’association gravitationnelle très serrée de milliers d’étoiles, voir même de dizaines de milliers. Les amas globulaires ont généralement une forme circulaire, et tourne autour de la galaxie sur des orbites très elliptique en plusieurs centaines de millions d’années. Les amas globulaires et le noyau de la galaxie sont peuplés d’étoiles vieilles, contrairement aux régions plus périphériques. Elles font partis de la population d’étoile de type 2, celle-ci étant plus pauvre en éléments lourds que les étoiles de population de type 1, dont fait partie le soleil et qui sont répartis d’une manière plus générale, en périphérique du disque de la galaxie.

Notre galaxie n’est pas seule, elle est accompagnée dans son périple Universel par deux petits compagnons galactique, que sont les deux nuages de Magellan. Notre galaxie est bien visible par les belles soirées d’été sans Lune, il s’agit alors de La Voie Lactée, qui parcourent le ciel de long en large jusqu’au zénith, et ayant la forme d’un long nuage immobile et d’aspect laiteux. Ce sont les étoiles qui la compose qui lui donne cet aspect et il suffit de se lever la tète pour observer ce merveilleux spectacle. Par contre pour pouvoir l’observer, il faut s’éloigner des grands centre urbain, car il est impossible de la voir dans sa splandeur avec la pollution lumineuse des grandes villes.

Notre galaxie et son entourage immédiat, fait partit en réalité de l’une des plus petites structures galactiques de l’Univers. Il s’agit du groupe local de galaxie qui est composé d’une trentaine de membres de toutes les grandeurs et de toutes les formes. On y retrouve également des amas globulaires isolés et errants, des objets planétaires et des nuages de poussière et de gaz extragalactique. Le tout est réparti dans un rayon de plus de 3 millions d’années-lumière.

En suite nous retrouvons les amas de galaxies, qui sont des structures galactiques intermédiaires qui regroupent plus d’un millier de galaxies. Le tout étant répartis dans un rayon de plusieurs dizaines de millions d’années-lumière. Notre groupe local est situé sur l’une des périphéries de l’amas local, et il se dirige vers l’amas de la viège, qui est situé dans la constellation du même nom, et qui est centré sur la galaxie elliptique géante Messier 87. Les superamas de galaxie sont les avants dernières structures de l’Univers, qui nous est connu jusqu'à ce jour, et regroupe en fait les autres structures intermédiaires de galaxies, comme les amas et les groupes locale, et le tout répartie sur un rayon d'environ 150 millions d’années-lumière.

Le tout est gouverné et sous le control de l'influence gravitationnelle, et formant des structures de plus en plus complexes. Comme le Grand Attracteur, découvert en 1990 par Alan Dressler et son équipe, et situé à plus de 350 millions d’années-lumière de nous, dans la constellation du Paon et de Centaure.

La structure de l’Univers qui est connu à ce jour, ressemble à une sorte d'éponge constituée de bulles dont les parois son occupés par les amas de galaxies, et de filament très allongé qui représente les superamas de galaxies, servant entre autre d’interface de jonction entre les bulles. Le reste est constitué de gigantesque nuage de gaz et de poussière extragalactique et de vastes régions plus sombres de plusieurs centaines de millions d’années-lumière de diamèetre, situés soit à l’intérieur des bulles ou à l’extérieur de celles-ci.



Alors imaginer maintenant que notre propre groupe local se trouve précisément situé à la périphérie de l’une de c'est super-super structure de l’Univers, comme le Grand Attracteur. Et que toutes les autres structures équivalentes de l’univers qui nous entours, et qui sont d’ailleurs très hypothétiques, présenteraient justement les mêmes caractéristiques gravitationnelles. Alors dans de t’elle condition il serait tout à fait normal de voir toutes les galaxies s’éloigner de nous, étant tous attirées vers la région centrale de leur propre super-super structure de l’Univers. Le tout présentant alors une dynamique dissipative.

Ce qui nous donnerait l’impression d’observer depuis la terre, une forme de dilatation des distances cosmiques. Ce phénomène pourrait fort bien expliquer par exemple le décalage spectral vers le rouge, et qui concerne la fuite des galaxies, vus sous un angle illusiore.



Voila qui mais fin a ce bref résumé sur les différentes structures de l’Univers, et à quoi pourrait bien ressembler la région de l'univers dans laquelle nous nous retrouvons. Alors que dire de plus, pour les autres structures de l’Univers et des différents champs d’énergie dans lequel ils se trouvent, et par lequel ils interagissent en permanences.

Les effets que peut subirent la matière-énergie et les ondes électromagnétiques dans de t’elle milieux cosmiques, et sur de t’elle distance, nous sont d’ailleurs toujours inconnu actuellement. N’ayant pas assez de preuve scientifique et de connaissances requises à ce sujet, pour réellement pouvoir comprendre ou ce représenter l’Univers sur de t’elle échelle.

Les véritables connaissances sur l’ensemble du phénomène que nous venons tout juste d’explorer quelque peu, ne sont pas encore véritablement acquises par l’humanité actuelle, et fait toujours partie de la supposition et non de la science. Ainsi qui nous dit vraiment que le décalage vers le rouge, ne résulte pas en réalité d’un phénomène qui est relié à la fatigue des ondes électromagnétiques, sautillant à travers la topologie métrique (courbure) des champs gravitationnels situés entre les galaxies. Fatigue causée par leurs différentes interactions avec ses énormes champs d’énergie et de matière intergalactique et extragalactique, et effectué sur de très grande distance.

Les ondes électromagnétiques traversent d’énormes régions qui présente des densités très différentes, et qui sont constituées de différents champs électriques, magnétique et gravitationnelle entre autre. Il faut dont conclure qu'à travers tout cela, les ondes électromagnétiques vont interagirent et subirent quelque modifications ou alteration durant leurs parcours jusqu'à nous.

Pour l’instant au lieu de s’aventurer trop loin sur la création et l’évolution de notre Univers. La science devrait plutôt refaire ses propres devoirs sur le sujet, et non de faire une démonstration de foi qui n’est pas réellement vérifiable à cette échelle de la nature. Nous savons qu’il s’agit en fait que d’une simple théorie de travail permis tant d’autre, mais elle apport des implications mal définit et trompeuse, qui porte à croire à sa réelle démonstration par le public en général, ce qui n’est nullement pas le cas. Alors démontrons un peut plus de sagesse et de vigueur dans nos différentes réflexions sur le sujet, et pour suivons sans relâche notre étude et notre quête sur les différentes manifestations de la nature, pour éclairer de plus en plus notre conscience et nos connaissences sur l'Univers.

Avant de s’aventurer dans des conclusions trop hâtives sur l’origine et la destiné véritable de l’Univers. Et par le fait même de critiquer l’existence d’un Dieu, dont l’homme ne respect même plus le nom, et de l’espoir qu’il rejette du revers de la main, par manque de morale sur le plan sociale et humaine.

Ce qui suit fait partie d’une réflexion purement personnelle :

Si l’Univers est réellement infini, sans borne et sans limite. Nous pouvons dans ce contexte, affirmer que l’Univers est également de toute éternité et immortelle envers ça propre destiné. L’évolution de l’Univers selon ces prémisses, serait donc quasi-stationnaire, ni ouvert, ni fermé. Il évoluerait tout simplement de manière très localisée et d’une douceure remarquable. Chaque région de l’Univers se transformerait petit à petit et selon les influences portées par les différentes interactions gravitationnelles de leur entourage immédiat.

En fait toutes les régions de l’Univers subissent une t’elle forme d’évolution et selon l’influence qui découle de l’ensemble de ces composantes, du plus petit au plus grand et des particules aux superamas de galaxies. Dont les effets combinés ce répercute à différente échelle constructale de la nature, pour finir par être représenté par certaine forme de comportement et de manifestation, qui ce ressemble à certains égards et qui se répercute finalement sur l’ensemble de l’Univers, à la manière des fractales.

Pour illustrer ce phénomène d’échelle sur la manifestation des lois de la nature. Prenons l’exemple qui suit et comparon la structure de l’Univers actuelle à une toute autre échelle. Faisons la comparaison suivante avec les différents comportements atomiques et moléculaires.

Donc à partir d’une échelle de 10 exp 22 cm, qui correspond aux distances qui ce trouvent entre les amas de galaxie, et dirigeons-nous vers une échelle de 10 exp –12 cm, pour les atomes. Un ordre de grandeur qui défi notre propre imagination et qui pourtant est belle et bien réelle dans la nature. Dans notre exemple les ondes électromagnétiques seront associées aux différentes interactions gravitationnelles, et les noyaux atomiques seront représentés par les galaxies.

Les électrons (champs d') représentent les étoiles et les amas globulaires, et les différents regroupements d’atomes en molécules seront représentées par les amas et les superamas de galaxie. Ceci n’est qu’une représentation très fictive et qui se veut très symbolique de la réalité. Ne voulant en fait que schématiser la résultante qui est portée sur l’influence des corps, par l’intermédiaire des différentes interactions de la nature et qui peut être transposée sur différentes échelles constructale de l’Univers et à la manière d’un fractal.

Dans un premier temps les atomes vont chercher à former des molécules. Les atomes s’unissent alors par des liaisons chimiques complémentaires en fonction de leurs différents niveaux d’énergies disponibles. Ils vont ainsi partager et associer leurs électrons libres. Pour ce faire, ils font intervenir des champs magnétiques et des charges électriques, en fonction de leurs polarité reliée aux différentes formes de réactions électrochimiques et électromagnétiques.

Ainsi les atomes vont finirent par s’assemblées, pour former des molécules de plus en plus complexes. Ces différents comportements électrochimiques et électromagnétiques des atomes, peuvent êtres représentés et transposés à l’échelle galactiques. Comme les galaxies qui vont se regrouper par différente interaction gravitationnelle, en différant associations plus ou moins complexes, pour former les amas et les superamas de galaxies, et qui sont représenté dans notre exemple par les différentes molécules.

Ainsi les lois de la nature qui gouvernent et contrôles les différentes interactions électromagnétiques des atomes et des molécules. Se retrouve ainsi représenté sur des échelles constructales de la nature infiniment plus grande, par le même genre ou type de manifestation et de comportement de la matière-énergie. Mais qui fait appelle cette fois-ci à d’autre loi de la nature et aux interactions gravitationnelles. La structure de l’Univers est peut être baser sur le même type de phénomène ou de relativité d’échelle, car l’Univers présente peut-être une structure et un niveau d’organisation de dimension l’infini. Qui sait !!!

Pour l’instant cette représentation de l’Univers est purement symbolique et ne s’appuie sur aucun fait d’observation scientifique, il ne s’agit que d’une vision d’esprit. Mais les différentes relations entre la relativité d’échelle à travers l’Univers de notre exemple, font belle et bien partie des concepts de la grande théorie d’unification des lois de la physique. Qui veut unire la relativité générale et la mécanique quantique, dans une seule et grande théorie unifiée, soit la relativité quantique. Le problème résulte actuellement de la quantification du temps de la relativité générale.

Ici nous ne parlons pas encore d’Inflation, de l’énergie et de la matière sombre/noir, des quasars avec l’effet CREIL (décalage spectral vers le rouge de l’hydrogène qui entour les étoiles à neutrons et les pulsars, phénomène rendu possible par la diffusion et l’émission successive) et de l’accélération de l’expansion qui caractérise le modèle moderne du Big Bang.

Enfin avec tout ce qu’on lui ajoute pour l’ajuster au fur et a mesure a certaine observation, je me demande si finalement le big Bang n’était pas devenu tout simplement l’objet d’un dogme, devenus bien mystérieux depuis des années.

Autre Références :
Réflexion sur les Dimensions Physique de l’Univers !
La Structure de l'Univers en Forme d'Éponge
Les Objets étranges dans l'Univers
Les Échelles de l'Univers

Gilles


Dernière édition par glevesque le Ven 20 Avr 2007 6:44 pm; édité 5 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Elie l'Artiste
Animateur-moderateur


Inscrit le: 12 Jan 2007
Messages: 2914

 Message Posté le: Dim 14 Jan 2007 11:38 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

!!!
_________________
Selon Einstein, il n'existe que deux choses dans l'univers: 1) l'énergie cinétique et 2) l'énergie de masse. Selon moi, une seule chose le mouvement qui les produit.


Dernière édition par Elie l'Artiste le Lun 06 Oct 2008 1:42 am; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Lun 15 Jan 2007 11:44 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

Elie l'Artiste a écrit:
Citation:
Il y a un rayonnement infrarouge, un rayonnement X et un fond de lumière stellaire. Personne n’affirme que ces autres rayonnement proviennent de l’origine de l’Univers. On considère qu’ils ont leur source dans des objets astronomique bien définis. Mais pour des raisons historiques, il en va différemment des micro-ondes. Elles seules sont censées être la signature du Big-bang.


En fait cette description n'est pas la réalité. La réalité c'est qu'il n'y a qu'une seule sorte d'onde; on l'appelle l'onde électromagnétique. Ces nous qui l'avons divisé en différentes sections selon sa longueur. Finalement l'onde électromagnétique est une preuve additionnelle au Big bang, puisqu'elle prend de "l'expansion" à partir de la longueur d'onde Gamma jusqu'à la longueur d'onde Radio en traversant la longueur d'onde "visible". Wink

Je comprend, sauf qu'ici il est question des faibles énergie, et non celui du big bang. Les électrons périférique sont à des niveaux d'énergie inférieurs aux gamma (noyau surtout) ! Et pour nos observations actuelle, et bien il est question de ces niveaux d'énergie, qui sont causé par des excitation électromagnétique et cinétique (niveau moléculaire et mouvement cinétique ou chocs browniens).

Gilles
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Elie l'Artiste
Animateur-moderateur


Inscrit le: 12 Jan 2007
Messages: 2914

 Message Posté le: Lun 15 Jan 2007 11:01 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

!!!
_________________
Selon Einstein, il n'existe que deux choses dans l'univers: 1) l'énergie cinétique et 2) l'énergie de masse. Selon moi, une seule chose le mouvement qui les produit.


Dernière édition par Elie l'Artiste le Lun 06 Oct 2008 1:42 am; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Lun 15 Jan 2007 11:09 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

Nous sommes donc d'accord sur le principe d'énergie a partir du big bang !

Sauf une chose, il y a toujours les fluctuation quantique, et de l'énergie nouvelle peuvent en sortir sous forme de matière ou d'ondes électromagnétique !

OK, tu va me dire que le tissus originel est existant depuis le tout début, et ce dernier est comme une sorte de réserve d'énergie virtuelle, sous forme de création de mouvement cinétique (particule en mouvement à potentiel interactif) à partir de l'enroulement d'un micro ponction du tissus d'espace situé au dimension de planck. Et là-dessus je suis toujours d'accord, et cela même si je ne crois pas au modèle du Big Bang, mais je connais sa modèlisation et comprend ou tu veut en venir !

Wink
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Elie l'Artiste
Animateur-moderateur


Inscrit le: 12 Jan 2007
Messages: 2914

 Message Posté le: Mer 17 Jan 2007 1:49 am    Sujet du message:
Répondre en citant

!!!
_________________
Selon Einstein, il n'existe que deux choses dans l'univers: 1) l'énergie cinétique et 2) l'énergie de masse. Selon moi, une seule chose le mouvement qui les produit.


Dernière édition par Elie l'Artiste le Lun 06 Oct 2008 1:42 am; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Mer 17 Jan 2007 3:02 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut Eli

Les photons originaires (créer lors big bang) se dilate autrement dit depuis cette époque et son aujourd'uit sous la forme du rayonnement micro onde fossile cosmique à 2,7 K ! Les anisotropies représentes les zones de compression de l'espace (compaction) d'ou originerons les galaxies (structure de filament et bulles) vers 300 000 ans et +. Mais comment explique tu les rayonnement gamma dans la force faible (radioactivité) et forte (réaction nucléaire dans les étoiles) ! Ok, pour le tissus de type électromagnétique (photon bulle d'Univers) au lieu d'espace-temps de la RG, dont les longueur d'onde forme en fait la nouvelle topologie dans ton modèle en fonction des concentration de matière ! Maintenent qu'est-ce qui maintients le tout ! (trame d'univers/néant). Qu'est-ce qui fait relativiser la proportionnaleté V/C des référentiels entre eux (si l'espace et le temps ne sont plus le tissus de fond de l'Univers (formulation mathématique bien sur de la RG) et sur qu'oi faire les nouvelle covariance des invariances de C par rapport aux densité de matière ? (topologie de gravitation en RG)) !

Citation:
à cause de la vitesse du mouvement inférieur à celle de la lumière du neutrinos à hélicite gauche.

Ensuite, on y installe des anisotropies dans le sens directionnel du mouvement initial; c,est à dire des parties ayant un sens directionnel contraire.
Ici j'aurais besoins de plus de détaille, et peut-être un petit schéma !

Wink
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Elie l'Artiste
Animateur-moderateur


Inscrit le: 12 Jan 2007
Messages: 2914

 Message Posté le: Mer 17 Jan 2007 10:11 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

!!!
_________________
Selon Einstein, il n'existe que deux choses dans l'univers: 1) l'énergie cinétique et 2) l'énergie de masse. Selon moi, une seule chose le mouvement qui les produit.


Dernière édition par Elie l'Artiste le Lun 06 Oct 2008 1:43 am; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Lun 22 Jan 2007 6:32 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut Éli

Citation:
Le mouvcement de l'eau bouchant le trou sera du sens contraire au mouvement de l'eau du reste de la piscine.
Oui, je comprend bien, il s'agit d'un mouvement d'entrènement locale voulant boucher des creus, un peut d'ailleur comme mon exemple sur les bille dans la discussion sur "la structure de l'Univers" !

Wink

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------


Dernière édition par glevesque le Lun 22 Jan 2007 4:06 pm; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
copernic
Chroniqueur


Inscrit le: 21 Jan 2007
Messages: 56

 Message Posté le: Lun 22 Jan 2007 3:08 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

BOnjours
a tous

Vous -voulez remplacer le big-bang par quoi Question

Certes tres intéressant ce que vous dites , mais il y a t-il vraiment de quoi le remplacé Question
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Lun 22 Jan 2007 4:11 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut copernic

copernic a écrit:
Vous-voulez remplacer le big-bang par quoi Question

Certes tres intéressant ce que vous dites , mais il y a t-il vraiment de quoi le remplacé Question
Pas vraiment, dans se ça, j'étulise le rasoir d'occane, et par un fort a priori, je préfaire le modèle quasi stationnaire (et non stationnaire) ! Ainsi j'évite la question de la dualité naissence/mort de l'Univers ! Qui me semble un peut absurde si l'espace et le temps, ne sont pas des objets physique. Dans ce modèle, c'est ce qu'il y a au-dela des dimension de Planck, qui devient intéressant.

Dans le modèle quasit stationnaire, il ni a pas eu de big bang, vut que le temps représente l'écoulement de l'éternelle moment présent et que le tissus d'espace, comme trame de fond n'existe pas (le temps et l'espace ne sont pas des subtancialités matèriel). La matière dans ce modèle, vienderait des fluctuation quantique ! (en gros) Et bien sur, les particules fondamentale, dans ce modèle, ne seraient pas ponctuelle, mais sous une forme d'étendut de champs ! C'est l'origine de ces champs, à partir de la frontière de Planck, qui devient intéressent !

Question
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------


Dernière édition par glevesque le Mar 23 Jan 2007 3:09 pm; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
gab
Chroniqueur


Inscrit le: 10 Jan 2007
Messages: 1451
Localisation: montreal

 Message Posté le: Mar 23 Jan 2007 2:55 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjours

je ne comprend pas -moi ce que tu veux dire copernic , peut-tu m,expliquer d,avantages Wink


chaos
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Lun 05 Fév 2007 3:18 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

Questions sur les limites de la science :

La science est une méthode d'annalyse et d'étude, et seul cettte méthode peut avoir la prétension de ce dire objets scientifique de manière objective, mais une science évolut dans le temps et peut transformer ses prémisses de bases. Donc tout ce qui est extrapoler à partir de ces prémisse même (science fondamentale), et concentrer dans une sorte d'amalgame pour donner naissence a une théorie hypothétique pour interpréter le tout sous forme de modèlisation théorique, est donc par définition non scientique !

1 - Connait-on la véritable masse des Galaxies ?

2 - L'effet Doppler-Fiseau, peut-elle avoir d'autre influence par rapport au zones de densité variable en champs et interactions galactique électrique, magnétique, l'effet Creil ?

3 - L'énergie et le matière noire, exist-ils vériatablement ?

4 - Qu'est-ce une ondes électromagnétique lorquelles voyages dans les espace intersidérales et galactiques, sans interaction ou par diffusion succéssif entre les particules de matière qui nous sépart de la source ?

5 - La Relativité Générale, bien que son formaliste soit cohérent et réelle, mais en se qui conserne son interprétation sur la matérialité des objets de temps et d'espace, sont-ils aussi véritable comme subtance première ?

6 - Que peut nous fournie les annomalies des sondes d'exploration Pioneer 1-2, Voyager 1-2, Giotto et Hulyce a ce sujet ?

7 - Les galaxies en interactions gravitationnelles, peuvent-ils exliquer la présences des quasards ?

8 - L'accélération constante des galaxies, selon l'interprétation de la constantes cosmologique axées sur le décalage Doppler uniquement. Peut-elle trouver une explication par rapport aux pression de radiations du vide ?

9 - Et l'inflation dans tout cas, qui vients remètre en question l'éther et la constante de C dans le vide par l'expension accélérer d'un pseudo tissus d'espace-temps comme éther non admit ?

10 - Quelles sont les véritables dimensions de l'Univers, en dehords des illusions d'optique et d'interprétation de toutes sortes sur nos capacité réelless d'appréhender cette questions et ces mesures ?

Tent de question et si peut de réponce pour continué seulement à soutenir le modèle du Big Bang ! Dix questions pour douter encore plus de la validité de ce modèle

Wink
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
gab
Chroniqueur


Inscrit le: 10 Jan 2007
Messages: 1451
Localisation: montreal

 Message Posté le: Sam 10 Fév 2007 4:13 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjours

C.est quoi un paradoxe temporelle Question

C,est quoi pour vous le temps Question

thcahso
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Sam 10 Fév 2007 4:44 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut gab

gab a écrit:
C.est quoi un paradoxe temporelle Question
Il n'existe pas de paradoxe temporelle, sauf pour la RG qui cherche à inversé la flèche du temps (peine perdut d'avance d'ailleur)

Citation:
C,est quoi pour vous le temps Question
Voir la relativité de Lorents

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Elie l'Artiste
Animateur-moderateur


Inscrit le: 12 Jan 2007
Messages: 2914

 Message Posté le: Lun 12 Fév 2007 9:41 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

!!!
_________________
Selon Einstein, il n'existe que deux choses dans l'univers: 1) l'énergie cinétique et 2) l'énergie de masse. Selon moi, une seule chose le mouvement qui les produit.


Dernière édition par Elie l'Artiste le Lun 06 Oct 2008 1:43 am; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Ven 20 Avr 2007 2:55 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

J'aimerais maintenent qu'on discute des photons, de la topologie métrique de l'espace et de l'effet Doppler !

Les astres ne créer pas la métrique spatiale qui les entoure, mais le courbe dans une relation proportionnelel à leurs masse.

Mais la gravité diminue aussi et inversement proportionnelle au carré de la distance, ce qui veut dire que les dépression de la topologie d'espace-temps finit par rejoindre et se confondre avec le tissus d'espace temps de notre galaxie .(associé aux différentiels d'apport d'énergie cinétique par covariance et dilatation/contraction de lorentz suivant le quadrillage de la toplogie métrique variable).

La courbure métrique n'est donc pas de porté infini, mais seulement échalonner sur une certaines distance sphérique autoure de l'astre et selon sa masse !

Maintenent suivons un photon sur les différente trame (le quadrillage) de cette topologie !

Et bien selon-vous, que va t-il leur arrivé ?

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Elie l'Artiste
Animateur-moderateur


Inscrit le: 12 Jan 2007
Messages: 2914

 Message Posté le: Ven 20 Avr 2007 10:31 am    Sujet du message:
Répondre en citant

!!!
_________________
Selon Einstein, il n'existe que deux choses dans l'univers: 1) l'énergie cinétique et 2) l'énergie de masse. Selon moi, une seule chose le mouvement qui les produit.


Dernière édition par Elie l'Artiste le Lun 06 Oct 2008 1:44 am; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Ven 20 Avr 2007 2:46 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut Élie

On est d'accord !

Disont aussi que l'indice de courbure ou de compression, est représenté par les surfaces (disont plutôt de cube) plus ou moins alongé (selon la force du champs gravitationnel) est schématisé par la topologie (comme une feuille cadriller, dont les carré sont déformé losque l'on passe une loupe par dessus, la loupe symbolise ici une planète (une loupe qui rapetise les carré et non qui les agrandits).

Et cette topologie en RG, représente les vecteurs de covariance sur l'énergie cinétique qui sont relié à la dynamique de l'espace-temps (contraction/dilatation de Lorentz) ou l'énergie gravitationnelle (accélération). Cette dynamique est tributaire de l'invariance absolut de la vitesse limite de la lumière dans le vide (elle ne peut dépasser cette limite de 300 000 km/sec), qui par extension donne aussi une énergie, pour toutes particules de matière au repos (E=MC2) ! (ou plutôt de sa célérité !)

Alors plus les carées sont petits et plus l'espace qui y est contenut est contractés et le temps dilaté (ralentit), c'est cela qui implique une accélération d'un carré à l'autre, et c'est cela qui fait que les corps s'attire ou plutôt qui sont attiré les uns par rapport au autre ! Car une topologie plus compacté fournis une impulsion suplémentaire qui accélère le corps vers celle-ci. Et bien la métrique des champs gravitationelle, c'est tout bètement ça ! La RG étudit les chapms de gravitation par une approche symbolique semblable et plus qu'on s'éloigne d'un corps et plus les carrée (la métrique) s'élargit (symbolisant la décroissance proportionnelle du champs gravitationnel) ! Et à la longue les grilles deviennes de dimension égales ! (l'interaction gravitationnelle viens de la jonction qui intercale et interface les grilles qui sont relié au deux corps qui interagit). Donc les champs de gravité ne sont pas de porté infinit !

Maintenent pour un photon, et bien il va glisser à travers ces grille de topologie, et vut qu'il ne peut pas accélérer et bien il va devoir soit diminuer ou augmenté sont énergie et cela se traduira par soit une augmentation ou diminution de sa fréquence, qui est synonyme à l'énergie cinétique d'un photons et donc du type de photon (visible, ultraviolet, X, gamma et etc...)

Et pour l'effet doppler, il faut tout simplement ajouté une impulsion ou un énergie d'origine lors de leurs émission ! Mais voilà que les photons glisses le long de cette topologie spatiale et par le fait même vont subire des dilatations et des compressions différenciel (quadrivecteurs), lors de leurs passages d'une grille à l'autre.

Et bien le voilà notre décalage spectrale qui est relié à la constante de Hubble et de son déccalage vers le rouge ! Ou du moins de leur relation, car partant d'une topologie plus dense (quasards) vers une topologie moins dense (notre étoile/planète) elle seront innévitablement décalé vers le rouge.

Alors, en définitive le BB (Big Bang) se base sur quoi au juste !

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Ven 20 Avr 2007 4:27 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

Un petit ajout pour ceux qui aime la théorie très appliquer !

PDF : http://perso.orange.fr/lempel/Narlikar-CDF.pdf

PDF : http://www.citebase.org/fulltext?format=application%2Fpdf&identifier=oai%3AarXiv.org%3Aastro-ph%2F0412276

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Elie l'Artiste
Animateur-moderateur


Inscrit le: 12 Jan 2007
Messages: 2914

 Message Posté le: Sam 21 Avr 2007 12:39 am    Sujet du message:
Répondre en citant

!!!!
_________________
Selon Einstein, il n'existe que deux choses dans l'univers: 1) l'énergie cinétique et 2) l'énergie de masse. Selon moi, une seule chose le mouvement qui les produit.


Dernière édition par Elie l'Artiste le Lun 06 Oct 2008 1:44 am; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Sam 21 Avr 2007 2:35 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

Citation:
À ce moment-là, cet espace possède une topologie plate; c'est l'espace plat de l'univers. Mais nous ne savons pas exactem,ent où commence cet espace vraiment plat car puisque les galaxies se regroupent en amas, cela signifierait qu'entre les galaxies, la topologie n'est pas encore vraiment plate. Cependant rien n'est moins certain; car il faudrait alors que les galaxies "orbitent" autour du centre de l'amas et je n'ai pas encore entendu dire que c'était le cas.
A ce propos, la matière forme une certaine structure cohérente de bulle et filament, cela présupose que la topologie n'est pas tout à fait plat sur l'échelle des superamas du moins ! Mais cela peut-être aussi l'expression d'une dynamique qui comute de proche en proche et au-delà le tissus serait quasi plat effectivement.

Effectivement le décalage doppler des galaxies est actuellement associé a leur vitesse de récession par rapport à leurs distances à nous. Alors on sait désormais que sur des grandes distances, les ondes électromagnétique émis par un quazards vont subire une dilatation de leur longueur d'onde, et ceci non pas a cause de la vitesse d'éloignement des quazards, mais bien à cause du redressement de la topologie spatiale sur de très grande distance. Le rayonnement cosmologique fossile peut très bien corresponde à cela, combiné en plus par l'effet Creil ou par d'autre type d'interaction avec d'autres source d'énergie à travers les distances qui s'épare les galaxies !


Pour être plus fidèle, il faudrait se représenter les lignes parallèle au rayon de courbure, et non perpendiculaire comme dans ce schéma. La lune suivrait ainsi une zone circulaire ou de forme d'ellipse dans une intervale de valeur topologique autoure de la terre.

Bien sur en pénétrant notre régions galactique et le système solaire, les ondes vont acquérir de nouveau de l'énergie et augmenté quelque peut leur fréquence en diminuent leurs longueurs d'ondes (correspondance proportionnelle selons la métrique). Mais il existera toujours une énorme différence entre les niveaux d'énergies émis au départ de l'ondes à proximité d'un quazard, d'une étoiles a neutron, et de celui que nous mesurons par la suite sur nos détecteurs après avoir passé des millions ou milliards d'années à voyager dans l'espace. Et ceci a cause de la topologie très différentes qui existe entre les deux repert.

Maintenent, cette réforme du red shift, pourrait aussi être appliquer dans la technique des vitesse radiale, lors de l'observation de planètes extrasolaire, et qui sait, peut-être allongé les distances et les périodes de rotation des jupiter chaude !!!!!

Maintenent, au-lieu d'être une métrique d'espace-temps, le tout peut-être aussi représenté par une métrique équivalente, mais relié cette fois-si au mesure densitométrique des fluctuations quantique du vide à travers les vides extragalactique et de l'espace en générale (même entre les particule de matière) et les densité relié au masse pesante des corps matériel. Mais cela est une autre histoire, mais elle aurait l'aventage de ce soustraire à l'objectivité matériel que la RG relit au objet d'espace et de temps !

Qui sait ?

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Elie l'Artiste
Animateur-moderateur


Inscrit le: 12 Jan 2007
Messages: 2914

 Message Posté le: Sam 21 Avr 2007 3:30 am    Sujet du message:
Répondre en citant

!!!
_________________
Selon Einstein, il n'existe que deux choses dans l'univers: 1) l'énergie cinétique et 2) l'énergie de masse. Selon moi, une seule chose le mouvement qui les produit.


Dernière édition par Elie l'Artiste le Lun 06 Oct 2008 1:45 am; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Sam 21 Avr 2007 3:52 am    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

Citation:
regarde bien les dessin que tu as posté; la topologie (carrelage) qui est "étirée" jusqu'à la boule ne représente pas du tout la réalité "déformation" de la topologie.

La réalité est que tout autour de la boule, la topologie du volume d'espace en question est un effondrement de sa métrique; c'est à dire que sa métrique rapetisse de plus en plus jusqu'au centre de la boule (masse).
Effectivement, il faut passer de la 2D à la 3D, et cela implique une compression sphérique du volume et non par un étirement. Mais comment trouver mieu pour représenté la courbure métrique de la gravitation en 2D !
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
glevesque
Chroniqueur


Inscrit le: 13 Jan 2007
Messages: 2242
Localisation: Longueuil, Québec

 Message Posté le: Dim 22 Avr 2007 5:52 pm    Sujet du message:
Répondre en citant

Salut

Voici ma réponce à lejon sur un autre forum !

Citation:
Salut lejon
Citation:
Citation:
Posté par glevesque
Je vous poses une question, un photon émis dans un champs d'énergie gravitationnelle plus élevé, va t-il avoir une énergie plus élever qu'un photon émit dans un champs d'énergie gravitationnelle moins élevé, sachant que l'éméteur est le même type d'atomes ?
Par rapport à un récepteur voisin, une même source a évidemment toujours la même fréquence propre, quel que soit le champ local. Par rapport à un récepteur situé hors du champ, la fréquence "rougira" d'autant plus fort que le champ dont elle sort sera plus grand.
Citation:
Posté par glevesque
Alors, une onde se dilatera également en voyageant à travers des zones de densités gravitationnelles moins grandes !

Moins grandes que quoi ?
Si nous recevons un photon d'une source hors champ située dans une direction proche de celle du Soleil, nous percevrons cette direction comme déviée, mais la fréquence reçue de la source ne sera pas affectée pas la traversée du champ gravitationnel solaire (...à moins que nous nous trouvions nous-mêmes dans une zone où le champ solaire est significatif).

Citation:
Posté par glevesque
PS : Lejon n'éfface pas tes messages tout de même, je n'ai même pas eu le temps d'argumenter sur les autres différents point que tu as soulevé ! Allors un peut de diplomatie ici !


Edition ; ci-dessous :

a) Encore ? En quoi la diplomatie a-t-elle un rapport avec la déviation des fréquences ?
b) Il n'y a pas lieu d'argumenter. La théorie et les observations expérimentales sont ce qu'elles sont.


Citation:
Par rapport à un récepteur voisin, une même source a évidemment toujours la même fréquence propre, quel que soit le champ local. Par rapport à un récepteur situé hors du champ, la fréquence "rougira" d'autant plus fort que le champ dont elle sort sera plus grand

Nous sommes donc d'accord sur ce point, car les deux référenciels ce trouve dans des zones de courbure métrique très différentes (quasad + terre). Pour le premier situé près d'un quasard, l'énergie de l'interaction entre le photon et la particule de matière incidante, sera donc situé dans un niveau d'énergie plus grande (par rapport au niveau fondamental de l'état d'énergie), a cause de l'apport de la métrique gravitationnelle de son repert plus contracté en espace et plus dilaté en temps, qui apporte une impulsion cinétique plus grande (facteur de covariance sur l'Hammiltonien et sur l'énergie du système) sur la matière et seulement lors de l'interaction pour le photon (décalage vers le bleu en rapport l'autre référenciel).

Pour celui se trouvant sur terre, et bien la métrique étant moins courbé, le photon qui se matérialisera lors de l'interaction, aura donc une énergie cinétique moindre (suivant le référenciel avec la particule incidante se trouvant alors dans une métrique gravitationnelle moins grande). Et cela en ne tenant même pas compte des autres interactions possible qui auraient put impliquer le photon d'origine sur son parcourt entre l'éméteur et la cible. (autre diffusion par absortion/émission avec la matière intergalactique interposé dans la trajectoire incidante)

Donc, entre nos deux référenciels, nous avons des vecteurs (quadrivecteur) d'énergie (Hamiltonien) très différents concernant l'origine des observations. Ce qui va par le fait même, contracter ou dilaté les résultats selon les reperts gravitationnels impliqués (apport en énergie cinétique et d'impulsion). Maintenent, le photon lui est belle et bien partit avec un niveau d'énergie différents par rapport au référenciel d'arrivé. Les relations entre les deux champs gravitationnel et la différence entre les états d'énergie du point de départ à celui du point d'arrivé de la matérialisation du photon, dénotre donc une relation différentiels sur les niveaux d'énergie impliqué. une relation qui n'est pas même pas prit en considération à l'heure actuelle en cosmologie sur la constante de hubble. Et pourtant cela viendrait bien changer les données sur notre dilème.

Car si les photon de départ on un niveau d'énergie plus élever, à comparer à celui des photons ou leurs origine serait notre système solaire par exemple. et bien comment fait-on pour établir leur décalage spectrale réelle, car ici une part du red shift serait tout simplement en rapport avec l'interaction sur une particule de matière situé dans un référenciel gravitationnelle différents () et donc présentant des niveaux d'énergit cinétique différents (comme interprétation de niveau fondamentale à travers les référenciel gravitationnel différents en métrique de courbure)

Citation:
Si nous recevons un photon d'une source hors champ située dans une direction proche de celle du Soleil, nous percevrons cette direction comme déviée, mais la fréquence reçue de la source ne sera pas affectée pas la traversée du champ gravitationnel solaire (...à moins que nous nous trouvions nous-mêmes dans une zone où le champ solaire est significatif).
Pas si tu te refert aux deux référenciels (les compart entre eux), celui d'ou proviens le photon et celui ou il est intercepté à travers des référenciel de métrique très différentes ! Deux référenciels situés dans le système solaire, auront de toute évidence le même type de décalage (minime), mais cela est tout autre si on prend un référentiel de départ situé près d'un quasard ou d'un trous noir, versus un autre situé près de la terre par exemple (le photon n'aura pas la même énergie d'interaction).

Voilà notre dilème ici !!!!!

Gilles

Source : http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=19691

Je l'ai retranscris, car elle ma permis de mieu expliquer le dilème sur le sujet

Gilles
_________________
Croire c'est bien, mais comprendre c'est encore mieux !
------> Les Panoramiques Martiens <------
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Astroclick Index du Forum »  Débats scientifiques » Le Big Bang En Requestionnement ?
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Aller à la page 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivante
Page 1 sur 13

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2021 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
| Solaris phpBB theme/template by Jakob Persson | Copyright © Jakob Persson 2003